Risotto de petit épeautre

Lors d’une petite virée à la boutique bio de ma maman à La Brède (Sol en Bio) j’ai eu envie de cuisiner le petit épeautre. Il ne m’a pas fallu longtemps pour trouver comment le cuisiner, car en découvrant sur plusieurs blogs des recettes façon risotto celà m’a tout de suite plu (surtout après le succès du Coquillotto ici !! ).
Pour 2 personnes en accompagnement :

100g de petit épeautre
1/2 oignon doux
10cL de vin blanc sec
1 cube de bouillon de légumes bio
75cL d’eau chaude
1cs d’huile d’olive
sel, poivre

Rincez le petit épeautre puis faites-le tremper dans l’eau froide pendant au moins 4h (si possible une nuit). Égouttez-le.
Préparez le bouillon en diluant le cube dans l’eau bouillante, réservez à petit feu.
Pelez puis émincez l’oignon. Faites chauffer l’huile dans une sauteuse et faites suer l’oignon. Ajoutez le petit épeautre et mélangez sur feu vif pendant 2 minutes. Ajoutez le vin blanc et laissez-le s’évaporer en mélangeant.
Baissez sur feu moyen, ajoutez une louche de bouillonchaud et laissez cuire jusqu’à ce qu’il soit évaporé. Versez une nouvelle louche, et ainsi de suite jusqu’à épuisement du bouillon, en mélangeant réguièrement. Comptez environ 45 minutes de cuisson (oui c’est un peu long, donc n’hésitez pas à prévoir de rester à côté).
Salez et poivrez à votre convenance, mélangez bien et servez chaud, parsemé de parmesan râpé et/ou de noisettes torréfiées.

J’ai accompagné ce délicieux risotto de jeunes pousses d’asperges vertes (c’est la première fois que je découvrais cette variété c’était une belle découverte, c’est beaucoup plus fin que les asperges vertes, ce sont des tiges très fines comme vous pouez le voir sur la photo) juste poêlées, c’était parfait pour un dîner léger mais gourmand.

Gyozas maison & bouillon asiatique

Nous avons tous eu un peu plus de temps pendant ce confinement, alors pourquoi ne pas l’occuper en cuisine ?! Et en réalisant des recettes que nous nous étions gardées de côté jusque-là, car jugées peut-être un peu longues ou compliquées.
Pour ma part j’en ai profité et pas qu’un peu : à partir de la deuxième semaine de confinement il n’y a pas un jour où je ne me suis pas mise un peu en cuisine, ne serait-ce au moins pour préparer une petite salade, et ce pour mon plus grand plaisir.

En regardant quelques Replay de « Très très bon » sur Paris Première, ma maman n’arrêtait pas de saliver sur les gyozas ; vous connaissez ces petits raviolis japonais ?
J’ai donc fini par regarder des recettes, au début juste par curiosité, puis je me suis dit « et pourquoi pas, ça ne doit pas être si compliqué ». En effet ce n’est pas très compliqué, par contre je ne vous cacherais pas que c’est assez long… J’ai dû passer en tout 4 à 5 heures en cuisine pour toutes les préparations !
Mais le résultat est là et mes parents se sont régalés, et c’est celà le plus important.
J’ai préparé deux farces différentes, une assez traditionnelle au porc et avec les légumes de saison trouvés en confinement, et une végétarienne.
Pour accompagner j’ai préparé un bouillon très savoureux aux notes asiatiques évidemment.
Pour au moins 75 gyozas :
Pour la pâte à gyoza :
300g de farine (ici semin complète BIO T110 car je n’ai trouvé que celà, mais avec de la farine blanche standard c’est l’idéal)
190g d’eau tiède
1/2cc de sel
Pour la farce au porc :
110g de farce de porc (en direct du petit boucher du village)
1/2 poireau
1 petite carotte
1/4 d’oignon
1 gousse d’ail
3cm de gingembre
2cs de sauce soja
herbes du jardin : menthe, ciboulette, coriandre
sel, poivre
Pour la facre végétarienne :
1 poireau
1 petite carotte
2 champignons de Paris (ce n’est pas très asiatique mais je vous l’ai dit j’ai fait avec les produits frais d’ici, vous pouvez mettre des shitakés pour rester dans le thème)
1/4 d’oignon
1 gousse d’ail
3cm de gingembre
2cs de sauce soja
herbes du jardin : menthe, ciboulette, coriandre
sel, poivre

Pour le bouillon asiatique d’accompagnement, la recette est par ici.

Commencez par préparer la pâte à gyozas.
Placez la farine et le sel dans un grand cul de poule et creusez un puits au centre. Versez l’eau tiède au centre et pétrissez pendant 5 bonnes minutes, jusqu’à obtenir une pâte homogène et bien lisse. Ne soyez pas inquiet si vous avez des grumeaux au départ, c’est tout à fait normal. Laissez la pâte reposer environ une heure à température ambiante.
Pendant que votre pâte repose, vous pouvez préparer la farce.

La confection de la farce à la viande et de la farce végétarienne est la même, seule changera l’ajout du porc ou des champignons à la fin.
Lavez les herbes fraîches et prélevez-en la quantité que vous souhaitez (selon vos goûts, pour ma part j’en ai mis beaucoup car j’adore celà !).
Lavez le poireau et coupez-le en deux dans la longueur puis en tronçons d’environ 3cm. Coupez grossièrement l’oignon.
Lavez la carotte, épluchez-la, puis râpez-la au robot.
Pelez l’ail et le gingembre et pressez-les à l’aide d’un presse-ail.
Placez tous les ingrédients, ainsi que la sauce soja, du sel et poivre, dans le bol du robot, muni de l’ustensile double-lame et hachez le tout.
Pour la farce végétarienne, ajoutez à la fin les champignons de Paris lavés et hachez une dernière fois.
Pour la farce au porc, ajoutez à la fin la farce du boucher et mélangez bien avec le reste des ingrédients.

Passons maintenant à la confection des gyozas. Pour former la pâte, deux techniques possibles : soit vous disposez d’une machine à pâte avec laquelle vous étalez des pâtons le plus finement possible, puis détaillez ensuite des ronds de 6 à 9cm de diamètre à l’emporte-pièce ; soit, comme moi, vous n’avez pas de machien à pâte et donc vous allez procéder à l’aide d’un rouleau à pâtisserie. Prélevez alors un boudin de pâte et étalez-le le plus finement possible au rouleau à pâtisserie, sur le plan de travail fariné. Détaillez des ronds de 6 à 9cm (à l’emporte-pièce ou à l’aide d’un verre retourné). Déposez les ronds au fur-et-à mesure sur une feuille de papier sulfurisé, attention à ne pas faire la même bêtise que moi en les superposant car ils risquent de se coller les uns aux autres. Procédez de même jusqu’à épuisement de la pâte.
Il reste maintenant à garnir vos gyozas. Placez le rond de pâte entre le pouce et l’index ; à l’aide d’une cuillère à café, mettez de la farce au centre, dans le creux formé entre le pouce et l’index. Humidifiez très légèrement les bords de la pâte avec un peu d’eau froide.Formez des « volants » avec le côté du gyoza qui est vers vous, et soudez bien les bords. Continuez ainsi pour les autres gyozas, jusqu’à épuisement des ingrédients.
Faites de même avec les deux farces et réservez les gyozas au frais jusqu’à l’étape de cuisson.
Pour la cuisson, faites chauffer de l’huile d’olive dans une grande poêle à feu vif. Une fois bien chaude, placez les gyozas et faites griller 1 à 3 minutes de chaque côté (les yozas doivent être dorés). Versez ensuite de l’eau sur 1 cm (attention aux projections !), et couvrez. Laissez cuire à coeur environ 5 à 7 minutes, avant d’ôter le couvercle et de laisser l’eau complètement s’évaporer. Vous pouvez baisser le feu à moyen lors de cette étape afin d’éviter de brûler les gyozas. C’est prêt !

Les gyozas se dégustent tels quels avec de la sauce soja salée.
J’ai décidé ici de les accompagner d’un bon bouillon aux saveurs asiatiques, c’était un délice.

« Coquillotto » – coquillettes façon risotto

Nous connaissons tous le risotto, et j’ai déjà eu l’occasion de vous en proposer, décliné selon de nombreuses recettes : courgette-raisins secs, aubregine-chorizo, pesto d’épinard-saumon fumé, butternut-épinard-chorizo, poireau-citron-pavot.
Celà fait maintenant plusieurs années que le risotto a été décliné avec des coquillettes cuites à la façon d’un risotto. Je n’avais encore jamais eu l’occasion de tester, et lorsque j’ai proposé à ma maman de leur cuisiner celà dimanche soir, elle n’a pas hésité un instant ; et son verdict : « UN DELICE ma chérie !  » – « Merci ma maman chérie » ; celà fait tellement plaisir de cuisiner pour quelqu’un qui se régale.
Je vous recommande vraiment cette recette : pour petits et grands tout le monde se régalera.
A proposer soit en accompagnement, soit à accompagner d’une petite salade verte et pourquoi pas d’un oeuf poché.
Pour 3-4 personnes :

1cs d’huile d’olive
1 oignon
250g de coquillettes (bio semi-complète ici)
20cL de vin blanc sec
1 litre d’eau
1 cube de bouillon de volaille bio
1 branche de thym frais et romarin frais
50g de parmesan râpé
sel et poivre

Faites bouillir 1 litre d’eau et délayez-y le cube de bouillon avec le thym et romarin frais. Réservez-le au chaud.
Faites chauffer l’huile d’olive dans une sauteuse et faites-y suer l’oignon finement émincé sans coloration. Ajoutez les coquillettes et laissez nacrer quelques minutes en remuant régulièrement et toujours sans coloration.
Mouillez avec le vin blanc et laissez entièrement évaporer.
Versez le bouillon chaud par petites quantités à chaque fois (une à deux louches à la fois) – attendez bien qu’il soit bu par les pâtes avant d’en rajouter. Poursuivez la cuisson à feu très doux en ajoutant le bouillon au fur et à mesure qu’il est absorbé et en prenant soin de bien remuer régulièrement. Vérifier la cuisson (goûtez au bout d’une vingtaine de minutes pour tester la consistance des pâtes, en fonction de si vous préférez vos pâtes al dente ou plus fondantes) et assaisonnez de poivre en fin de cuisson.
Réservez à couvert hors du feu si vous ne servez pas tout de suite. Juste avant de servir, ajoutez le parmesan, mélangez et servez.

Velouté d’orties

Celà fait très logntemps que j’entends parler du velouté d’orties et de tous les bienfaits de cette plante. Et c’est ma petite vigneronne Amandine qui dernièrement, m’en a redonné l’idée, lorsqu’elle a posté sur Instagram sa récolte pour réaliser du purin d’orties utilisé pour stimuler naturellement ses vignes ; avec son restant de récolte elle s’est préparé une jolie soupe.
Ayant du temps avec ce confinement, nous voilà parties ce samedi, maman et moi, dans nos bois, équipées de gants, sécateurs et grand sac, pour récolter une bonne dose d’orties, puis récupérer toutes les feuilles de chaque tige et préparer ce velouté plein de vitamines et protéines.

Pour 4 à 6 personnes :

500g de feuilles d’ortie fraîchement cueillies
1 oignon
1 pomme de terre
1L d’eau
1 cube de bouillon de légumes bio
sel, poivre
1cs d’huile d’olive
pour servir : fleur de sel, crème fraîche épaisse, parmesan…

Faites cuire la pomme de terre, coupées en 4, dans une casserole d’eau salée. Egouttez et réservez-la.
Faites bouillir 1L d’eau et diluez-y le cube de bouillon de légumes.
Récupérez les feuilles d’ortie sur chaque tige et lavez-les à l’eau froide. Egouttez-les.
Épluchez puis émincer l’oignon. Faites-le suer dans un grand faitout avec l’huile d’olive et du sem. Ajoutez les feuilles d’orties puis les cuire jusqu’à ce qu’elles aient bien fondues (environ 5 min en mélangeant sans arrêt). Ajoutez alors la pomme de terre cuite et couvrez du bouillon (ne mettez pas tout immédiatement si vous voulez rectifier la consistance de votre velouté une fois mixé). Salez bien. Laissez mijoter 5 minutes environ, pour bien terminer la cuisson des feuilles d’ortie.
Retirez du feu et passez le tout au mixeur. Salez et poivrez, goûtez pour bien rectifier l’assaisonnement (moi qui sale très peu, ici il ne faut pas hésiter pour donner du goût).
Servez bien chaud, avec un filet d’huile d’olive, une cuillère à soupe de crème fraîche épaisse et/ou des copeaux de parmesan.

Quelques infos pratiques sur les bienfaits de ce légume.
Peu calorique (80 kcal/100g), l’ortie est le légume vert le plus riche en protéines. Diurétique, antianémique, l’ortie contient des sels minéraux, de la provitamine A, du fer et de la vitamine C.

 

Tarte aux poires, fromages, oignons & figues sèches

J’adore le mariage poire et fromage, notamment ceux à pâte persillée type roquefort, fourme ou encore gorgonzola ; je trouve le résultat toujours réussi. Après mes bouchées poire-roquefort que je vous ai proposées récemment c’est ici une version tarte pour un petit dîner que j’ai le plaisir de partager, à accompagner d’une salade verte.
Tarte aux poires, fromages, oignons & figues sèches

Pour 4 personnes en plat / 6-8 en entrée :
Pour la pâte brisée :
200g de farine
100g de beurre froid
6cs de lait
sel, poivre
Pour la garniture :
4 petites poires
le jus d’1/2 citron
200g à 250g de fromages environ : ici 50g de morbier, 60g de reblochon, 70g de chèvre, 60g de fourme d’Ambert
2 oignons
70g de figues sèches
huile d’olive, sel, poivre

Commencez par préparer la pâte brisée. Mettez la farine dans le bol d’un robot avec le beurre, du sel, du poivre et mixez jus qu’à ce que vous obteniez un mélange sableux. Ajoutez le lait et mixez par à-coups jusqu’à ce que la pâte forme une boule. Finissez de travailler la pâte à la main et rabattez-la en boule dans du film étirable. Mettez-la un peu au frais.

Pelez et émincez les oignons, faites-les revenir dans une poêle avec une cuillère à soupe d’huile d’olive jusqu’à ce qu’ils soient dorés, ajoutez les figues sèches coupées en tout petits morceaux, du sel et du poivre. Lavez les poires, coupez-les en lamelles et arrosez-les de jus de citron.

Préchauffez le four à 180°C.

Etalez la pâte sur le plan de travail fariné (vous en aurez certainement de trop, vous pouvez congeler ce qui vous reste). Foncez un moule à tarte tapissé de papier sulfurisé et piquez la pâte avec les dents d’une fourchette.
Répartissez sur le fond de tarte les fromages coupés en cubes, ajoutez les poires (salez et poivrez) puis le mélange oignons-figues.
Enfournez et faites cuire environ 30 minutes.
04Servez cette tarte tiède avec une salade verte type mesclun ou roquette bien assaisonnée.

Muffins savoyards : lardons, oignons, reblochon

Après le cake savoyard, la tartiflette, voici des muffins d’hiver bien garnis. Un trio toujours réussi reblochon-oignon-lardons.
IMG_0838

Pour une vingtaine de muffins version bouchées :

266g de farine blanche
1 sachet de levure chimique
2 gros oignons
300g de lardons fumés
300 à 400g de reblochon
4 oeufs
160g de yaourt nature
90cL de lait
30g d’huile d’olive
sel, poivre

Faites revenir les lardons fumés dans une poêle. Egouttez-les pour retirer le gras.
Epluchez et émincez les oignons et faites-le revenir dans la poêle qui a servi à cuire les lardons (comme ça inutile de la graisser). Un fois les oignons blondis, rajoutez les lardons et réservez.

Préchauffez le four à 180°C.

Mélangez la farine et la levure. Dans un autre récipient battez les oeufs, le yaourt, le lait, l’huile d’olive, le sel et le poivre. Ajoutez le mélange oignons-lardons. Versez le mélange liquide sur le mélange sec et mélangez à la spatule jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de partie sèche.
Découpez le reblochon en morceaux et ajoutez-les à la préparation.

Versez la préparation dans des moules à muffins ou à cannelés pour une version miniatures. Enfournez pendant 25 minutes, jusqu’à ce que le dessus soit doré (prévoyez un peu plus pour une version gros muffins).

Dégustez immédiatement ou réchauffez les muffins quelques minutes au four avant de servir.

Tortilla aux pommes de terre, oignons et chorizo

En voici un apéro ou plat d’été, qui vous rappellera les tapas espagnoles !
Très simple à faire, équilibrée, et à accommoder avec les ingrédients qui vous feront envie, la tortilla est idéale pour un repas complet ou pour agrémenter vos tables d’apéro…
IMG_0123

Pour une vingtaine de gros carrés apéro :

1kg de pommes de terre
6 oignons nouveaux
8 œufs
150g de chorizo en tranches fines
sel, poivre
huile d’olive

Lavez les pommes de terre et épluchez-les ; coupez-les en fines lamelles.
Faites chauffer 3cs d’huile dans une grande poêle déposez-y les pommes de terre. Baissez le feu et cuire les pommes de terre en mélangeant très régulièrement. Si ça accroche trop, (il faut que ça grille un peu), rajoutez un peu d’huile dans la poêle. Une fois les pommes de terre cuites et colorées légèrement, réservez.
Dans une autre poêle faites cuire les oignons émincés jusqu’à ce qu’ils soient fondants. Ajoutez-y alors le chorizo en lanières et mélangez.

Dans un saladier battez les œufs en omelette. Ajoutez du sel et du poivre puis le mélange de pommes de terre et les oignons. Mélangez bien pour enrober les pommes de terre de l’omelette.
Dans une petite poêle, faites chauffer un peu d’huile et versez le mélange dedans. Faites cuire à feu doux pendant 10 minutes en prenant soin de décoller les bords et en piquant l’intérieur avec une fourchette régulièrement. Retournez ensuite la tortilla comme une crêpe sur une assiette, puis faites-la glisser dans la poêle pour cuire l’autre côté (environ 10 minutes à nouveau à feu doux).

Retournez de nouveau la tortilla sur une assiette, découpez-la en cubes et servez avec des piques en bois tiède ou froide.

Velouté glacé de poivrons au gingembre

Maintenant que l’été arrive enfin, j’en profite pour nous faire des soupes froides et veloutés glacés tous les week-ends. C’est tellement bon et frais.
IMG_0164

Pour 2 soupes :

2 poivrons rouges
3 oignons nouveaux
1 gousse d’ail
90g d’eau
1cc de sucre
10g de gingembre frais râpé finement
100g de fromage blanc 0% de MG
sel, piment d’espelette
huile d’olive
chantilly au parmesan et/ou crumble de parmesan pour accompagner (facultatif)

Lavez les poivrons et retirez-en les pépins. Émincez les oignons, l’ail et les poivrons en lanières. 
Faites suer les oignons, l’ail et les poivrons une dizaine de minutes dans un peu d’huile d’olive, avec une pincée de sel. 
Mouillez avec de l’eau quasiment à hauteur, ajoutez le gingembre et faites cuire 15-20 minutes à couvert à feu moyen. Piquez un poivron pour vérifier la cuisson, il doit être tendre.
Placez les poivrons dans le bol du mixeur avec 90g d’eau de cuisson environ. Mixez finement. Ajoutez alors le sucre et le fromage blanc, ainsi qu’une pincée de piment d’espelette 
Mixez de nouveau et rectifiez l’assaisonnement. Réfrigérez pendant 2 heures et servez bien frais.
Au moment de servir déposez une cuillère à soupe de chantilly au parmesan et quelques miettes de crumble de parmesan.

Gougères à l’emmental et aux oignons

J’avais déjà testé des petites gougères au saumon fumé et ciboulette l’année dernière et j’ai voulu réitérer l’expérience en les déclinant tout simplement au gruyère et avec quelques oignons revenus (qui me restaient d’une préparation donc plutôt que de jeter c’était plus sympathique de parfumer mes gougères). Et pour garnir ces petites gougères j’ai également préparé un pesto de brocoli bien bon. Le duo était exquis et a fait son effet auprès de mes invités !
IMG_9759

Pour une vingtaine de gougères :

25cL de lait + quelques cc pour la dorure
75g de beurre coupé en morceaux
150g de farine
4 œufs
150g de gruyère râpé
1 oignon
sel, piment d’espelette

Peler et émincez finement l’oignon. Faites-le ramollir et légèrement colorer dans une poêle avec une cuillère à soupe d’huile d’olive. Réservez.

Préchauffez le four à 200°C.

Dans une casserole portez à ébullition le lait et le beurre avec une pincée de sel et de piment d’espelette.
Aussitôt l’ébullition atteinte et le beurre fondu, ajoutez la farine d’un seul  coup et cuire à feu doux en mélangeant constamment avec une grosse cuillère de bois, 1 à 2 minutes, jusqu’à ce que la pâte forme une boule et se détache des parois de la casserole.
Ajoutez un œuf en brassant pendant environ 2 minutes à la cuillère de bois pour bien l’incorporer. Remuez énergiquement jusqu’à ce la pâte soit homogène et qu’elle se décolle des parois de la casserole. Continuez, un œuf à la fois, en battant bien entre chaque ajout.
La pâte devra être lustrée et assez molle pour retomber de la cuillère. Ajoutez le gruyère râpé et les oignons revenus et mélangez.
À l’aide d’une cuillère, formez des petites boules de pâte et déposez-les sur une feuille de papier sulfurisé.
Badigeonnez les gougères de lait avec un pinceau ou une cuillère.

Enfournez et laissez cuire pendant 15 minutes à 200°C, puis 15 minutes à 190°C.
Laissez tiédir dans le four porte entrouverte et servez tiède, tout simplement nature, ou accompagnées d’un petit pesto ou autre dip ou tartinade.

Tatin de pommes de terre aux champignons gratinée au comté

Pour mon fiancé qui adore les pommes de terre à toutes les sauces j’ai eu envie de les décliner en tatin, avec des champignons et du comté pour gratiner.
IMG_9569

Pour 4 personnes :

une pâte brisé au fromage blanc
900g de pommes de terre (Marabel ici)
200g de champignons blancs revenus à la poêle et égouttés (250-300g crus)
1 oignon
100g de comté en fines lamelles
30g de chapelure
sel, poivre
huile d’olive

Épluchez et lavez les pommes de terre puis faites-les cuire dans une casserole d’eau bouillante salée pendant une dizaine de minutes. Attention les pommes de terre doivent être cuites mais se tenir pour être découpées en rondelles.

Lavez les champignons, découpez-les en lamelles et faites-les revenir avec l’oignon émincé dans une poêle avec une cuillère à soupe d’huile d’olive. Salez, poivrez et laissez cuire jusqu’à ce que les champignons soient tendres, puis égouttez le tout (car les champignons rendent beaucoup d’eau).

Préchauffez le four à 180˚C.
Recouvrez le fond d’un moule à tarte, en silicone ici, de la chapelure et des lamelles de comté. Déposez par dessus les rondelles de pommes de terre cuites et égouttées. Terminez par la poêlée de champignons égouttée. Recouvrez de la pâte à tarte au fromage blanc, enfoncez bien les bords pour englober toute la tarte.
Enfournez pendant 30 minutes.
Sortez du four et retournez sans tardez sur une assiette. Servez aussitôt, bien chaud, accompagné d’une salade verte.