La Gâche vendéenne – toute mon enfance…

Je dédie cet article à ma mamie et mon papi (qui lui n’est plus de ce monde mais qui a toute mon affection).
Nous avons tous en tête notre petite « madeleine de Proust », ce petit plaisir culinaire qui nous ravive tant de souvenirs, les crêpes de mamie pour certains, le pain perdu de maman pour d’autres.
Eh bien pour moi, et pour plusieurs de notre petite famille je pense, la gâche vendéenne est notre madeleine de Proust ; c’est une pluie de souvenirs qui chamboule nos pensées, c’est tous nos séjours et vacances aux Sables d’Olonne chez Papi et Mamie qui reviennent à l’esprit.
Quelques souvenirs évoqués parmis tant d’autres :
la plage de Tanchet, sa petite piscine pour apprendre à nager, ses trampolines, ses vagues ;
la Grande Plage, plus calme et étendue ;
les rochers et tant d’heures de pêche aux crevettes à l’épuisette ;
la « Niniche » et ses inégalables gaufres & glaces ;
une naissance : notre Titou ;
les délicieuses crêpes de la crêperie du Port ; 
le Puits d’Enfer et ces vagues qui s’y engoufraient avec vacarme pour se fracasser contre les rochers ;
les yaourts de mamie, toujours aussi bons et attendus ;
les vacances avec toute la famille ;
les ballades sur le Port ;
les courses d’escargots après la pluie ;
Mamie plongeant les homards vivants dans le grand faitout ;
des après-midis bronzette sur les chaises-longues dans le jardin ;
les « doigts de sorcière » ;
les « grogs » au lait et miel de mamie ;
la ballade jusqu’aux blockhaus le long de la côté ;
le Vendée Globe (et toujours un départ sous la pluie !) ;
le vivier et ses tourteaux, araignées de mer, homards… vivants qui nous fascinaient tant enfants ;
les magnifiques fruits de mer toujours plus beaux et bons ;
la tétragone ;
regarder la télé tard le soir avec mamie ;
le préfou et sa forte odeur d’ail ;

Tant de jolies choses qui me reviennent en mémoire, des images, des odeurs, des sourires, des saveurs, des larmes et frissons aussi.

Depuis tout ce temps je ne m’étais encore jamais essayée à la confection d’une bonne gâche maison. Et bien c’est choses faite maintenant, et plutôt deux fois qu’une car c’est ici deux versions que je vous propose, la première traditionnelle et tout simplement délicieuse et fidèle à tous nos souvenirs ; la seconde (que j’ai en fait réalisée la première, avec la seule farine trouvée à la boutique BIO car en ce temps de confinement celà devient une denrée rare) mais tout aussi réussie avec les saveurs de la gâche bien présentes.
La recette traditionnelle, pour 3 gâches de taille moyenne :

550g de farine T65 Label Rouge ici (il est conseillé sinon la T45)
25g de levure fraîche de boulanger
110mL de lait
2cs rase de crème fraîche entière (d’Isigny ici)
2 oeuf
1,5cc de sel fin
90g sucre
110g beurre 1/2 sel
3cs de fleur oranger
1 jaune d’oeuf délayé dans une cuillère à soupe de lait pour la dorure

Avant de commencer, placez tous les ingrédients à température ambiante.

Délayez la levure dans le lait, et placez le tout dans le bol du robot (pour moi un Magimix avec l’ustensile double-lame en plastique car je n’ai pas de robot pétrin à crochet). Ajoutez les oeufs, la crème, le sel puis la farine. Malaxez pour bien amalgamer puis commencez à pétrir (si c’est dans le robot actionnez le robot). La boule qui se forme est dure, friable, c’est normal, ne pas réajuster car l’ajout du beurre la rendra plus souple.
Ajoutez le sucre en pluie (le pâton se ramollit et prend une texture agréable), puis quand tout le sucre est incorporé, ajoutez le beurre détaillé en petits morceaux et pétrissez jusqu’à ce que la pâte se décolle des parois, environ 10 minutes (touchez-la de temps en temps pour vérifier qu’elle reste fraîche, sinon arrêter de pétrir et reprenez ensuite).
Pour moi comme ce robot n’est pas très adapté, une fois le beurre incorporé j’ai pétri à la main.
Ajoutez alors la fleur d’oranger et continuez de pétrir 2-3 minutes environ jusqu’à l’obtention d’un pâton élastique, non collant, doux et lisse. Transvasez le pâton dans un saladier en formant une boule, couvrez d’un torchon propre et laissez reposer 6h à température ambiante ; la pâte va doubler voire tripler de volume.

Versez la pâte sur un plan de travail légèrement fariné, dégazez-le et pétrissez 2 minutes. Séparez le pâton en trois parts égales, boulez chaque pâton, puis façonnez-les en « bâtards » (en ovale) que vous déposerez sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé. Laissez reposer le tout de nouveau 1 à 2h, le temps que les brioches triplent de volume.
(Pour cette version j’ai en réalité placé les pâtons au frais pour une nuit car il était tard, je les ai ressorti le lendemain et les ai glissé 10 minutes dans un four tiédi à 50°C et éteint).

Préchauffez le four à 180°C.
Battez le jaune d’oeuf avec le lait et dorez délicatement les brioches (à l’aide d’une petite cuillère pour moi, vous pouvez utiliser un pinceau). Incisez le dessus des brioches sur la longueur et enfournez pendant environ 20 minutes en recouvrant d’une feuille de papier alu au bout de 10 à 15 minutes (lorsque les gâches sont suffisamment dorées).
Laissez tiédir sur une grille puis dégustez. Mais je vous conseille fortement d’en goûter une tranche tiède à la sortie du four, c’est tout simplement divin !
La gâche se conserve bien pendant 3-4 jours, enveloppée dans un papier alu puis dans un torchon propre.

 

Et voici maintenant ma version un peu moins tradi mais tout aussi bonne ; c’est globalement la même recette et le même process, c’est seulement la farine utilisée qui change, et les quantités car j’en avais préparé ici un peu moins.
Pour une grosse gâche :

300g de farine semi-complète T110 ici
10g de levure fraîche de boulanger
60mL de lait
1cs rase de crème fraîche entière (d’Isigny ici)
1 oeuf
1/2cc de sel fin
40g sucre
50g beurre 1/2 sel ici
2cs de fleur oranger
1 pincée de vanille en poudre
1 oeuf pour la dorure

Suivez toutes les mêmes instructions que pour la confection de la gâche traditionnelle ci-dessus.
Juste prévoyez de ne préparer ici qu’un seul ou deux maxi pâtons.
Pour la cuisson, j’ai laissé cuire cette plus grosse gâche 25 minutes à 180°C, en couvrant de papier alu à mi-cuisson.

Moelleux au chocolat à la crème fraîche

Un gâteau simple et rapide pour écouler une briquette de crème liquide dans le frigo.

Pour un moule à manquer de 20cm :

200g de chocolat
20cL de crème liquide entière
10cL de lait
2 oeufs
75g de farine
5g de levure chimique
60g d’amandes en poudre
1cc de vanille

Préchauffez le four à 180°C.

Faites fondre le c chocolat au micro-onde.
Battez les oeufs. Ajoutez la crème et le lait, puis le chocolat fondu et la vanille.
Mélangez la farine, la levure et la poudre d’amande. Incorporez ce mélange à la préparation chocolatée et mélangez. Versez dans le moule à manquer (en silicone ici) et enfournez pour 15 minutes.
Laissez tiédir et dégustez tiède ou refroidi.

Far aux pommes

Un délicieux far aux pommes fondant et très simple à préparer.

Pour 2 flans dans des moules à cake :

230g de farine
100g de sucre
4 œufs
20cL de crème liquide entière
45cL de lait
1/2cc de vanille en poudre
1cc de cannelle
4 pommes
sel

Préchauffez le four à 180°C.

Lavez les pommes, coupez-les en quartiers et épépinez-les.  Coupez-les en dés.
Dans un saladier, mélangez la farine, le sucre et une pincée de sel. Au centre, cassez-y les œufs entiers. Battez au fouet, puis ajoutez le lait et la crème.
Répartissez les dés de pomme au fond des deux moules à cake et versez dessus l’appareil à flan.
Enfournez pour 1h.
Servez tiède ou frais.

Carrés décadents aux pommes, sauce caramel, crumble aux flocons d’avoine

Des petits carrés que j’avais repérés très récemment et une recette que je ne pouvais conserver bien longtemps de côté avant de la tester. Et ce ne sont pas les ruptures en beurre qui auraient pu freiner mon entrain !
Ces carrés sont tout simplement une tuerie. A déguster au choix chaud avec le caramel qui fond et le tout qui s’écroule pour une texture ultra fondante en bouche, ou bien froid avec un biscuit et un crumble bien croustillant.

Pour un grand plat de 20*30cm :
Pour la base :
170g de beurre salé fondu
40g de sucre
1cc de vanille en poudre
190g de farine
Pour la garniture :
6 petites pommes lavées et coupées en lamelles fines
2cs de farine
2cs de sucre
1cc de cannelle
sauce caramel maison
Pour la sauce caramel :
140g de sucre
10cL de crème liquide entière
20g de beurre demi-sel
une pincée de fleur de sel
Pour le crumble :
60g de flocons d’avoine
60g de sucre
1cc de cannelle
45g de farine
90g de beurre froid

Préparez la sauce caramel : faites fondre le sucre dans une casserole à feu moyen sans remuer mais en inclinant la casserole si nécessaire. Faites tiédir la crème.
Une fois que le sucre a une belle couleur dorée, ajoutez la crème liquide hors du feu et mélangez. Replacez sur le feu pour dissoudre tous les morceaux, ajoutez le morceau de beurre et la fleur de sel. réservez.

Préchauffez le four à 150°C.

Préparez la pâte de base en mélangeant le beurre fondu, le sucre, la vanille. Ajoutez la farine et incorporez-la bien. Étalez ce mélange au fond du moule et enfournez pendant 15 minutes.
Pendant ce temps, préparez la garniture. Mélangez les lamelles de pomme à la farine, au sucre et à la cannelle et réservez.
Préparez le crumble en mélangeant tous les ingrédients avec les doigts. Réservez au frais.
Sortez la pâte du four et montez la température à 180°C.
Déposez les pommes sur la pâte, puis étalez le caramel au beurre salé sur les pommes. Emiettez le crumble sur les pommes.
Enfournez pendant 35 minutes à 180°C.
Laissez le gâteau refroidir légèrement avant de le servir.

Comme expliquer en introduction vous pouvez le déguster chaud ou froid : dans tous les cas c’est un délice !

Flan pâtissier sans pâte

J’ai préparé ce flan pour ravir les papilles de mon amie Nelly qui adore cette pâtisserie et ne peut s’empêcher de tester les flans de toutes les pâtisseries. et comme c’était pour ma Nelly je n’ai pas fait de pâte à tarte pour ce flan car elle préfère sans. Mais peut-être que si c’était à refaire je testerai avec un pâte brisée pour voir.
Un flan qui a été apprécié, surtout son goût vanillé car je l’ai parfumé avec la gousse de vanille de Taha (île de Polynésie).

Pour un flan de 22cm environ :

85cL de lait entier
20cL de crème liquide (à 35% de matières grasses)
1 belle gousse de vanille de qualité (vanille de Taha ici)
3 œufs entiers
2 jaunes d’œufs
90g de sucre
80g de maïzena

Préchauffez le four à 170°C.

Dans un saladier, battez les œufs entiers, les jaunes d’œufs et le sucre, jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajoutez la maïzena et mélangez bien.
Dans une casserole, mettez le lait et la crème. Fendez la gousse de vanille, grattez bien les petits grains et mettez la gousse et les graines dans la casserole. Faites bouillir le tout. Ôtez du feu et enlevez la gousse de vanille (vous pouvez aussi laissez infuser la gousse et remettre sur le feu ensuite, c’est ce que j’ai fait pour bien diffuser tout le parfum de vanille).
Versez la moitié du lait chaud dans le saladier contenant le mélange œufs-sucre-maïzena. Battez bien, mettez tout ça dans la casserole avec le reste du lait. Remettez sur feu moyen. Faites cuire sans cesser de remuer, la crème va épaissir. À partir de l’ébullition, comptez deux minutes. Versez l’appareil dans le moule à tarte.

Faites cuire au four pendant cinquante minutes à une heure (1h pour moi ici). Le flan doit avoir une belle couleur et la pâte doit être dorée. Laissez refroidir toute une nuit et placez au frais.

Cheesecake aux pommes, caramel, crumble aux flocons d’avoine

Un cheesecake bien gourmand avec ces pommes caramélisées, cette crème onctueuse au Philadelphia et ce croquant apporté par le crumble.

Pour 8 personnes :
Pour les pommes au caramel au beurre salé :
3 pommes de taille moyenne
10g de beurre
150g de sauce caramel au beurre salé
Pour le cheesecake :
300g de fromage frais type Philadelphia, à température ambiante
80g de sucre
2 oeufs
15cL de crème liquide entière
Pour le fond de speculoos :
80g de beurre ramolli
180g de biscuits speculoos
Pour le crumble :
50g de flocons d’avoine
50g de farine
1/2cc de levure chimique
25g de cassonade
90g de beurre

Pour les pommes au caramel au beurre salé : lavez, épépinez et coupez les pommes en fines lamelles. Déposez-les dans une poêle avec le beurre et faites-les revenir jusqu’à ce qu’elles soient bien tendres, environ 10 minutes. Ajoutez la sauce caramel au beurre salé et mélangez pour bien enrober les pommes de caramel. Réservez.

Pour le fond de speculoos : réduisez les biscuits en miettes au mixeur, puis ajoutez le beurre mou.
Placez une feuille de papier sulfurisé dans le fond d’un moule à manquer et foncez la pâte de biscuits speculoos, en veillant à ce que la pâte granuleuse soit équitablement répartie et bien plate, et qu’elle remonte un peu sur les bords. Réservez au congélateur entre 10 et 20 minutes.

Pour le cheesecake : fouettez ensemble le fromage Philadelphia avec les oeufs, le sucre et la crème liquide.

Pour le crumble : dans le bol du robot muni d’une lame, réduisez les flocons d’avoine en une poudre grossière. Toujours dans le bol du robot ajoutez la farine, la levure, la cassonade ainsi que le beurre froid coupé en petits cubes. Mixez à moyenne vitesse jusqu’à l’obtention d’une pâte un peu poudreuse.

Préchauffez le four à 200°C.
Le montage : déposez les lamelles de pommes caramélisées sur le fond de speculoos. Répartissez par dessus le mélange crémeux du cheesecake. Emiettez enfin le crumble à la surface du reste de la préparation.
Enfournez pour une heure.
Laissez refroidir puis placez au frais au moins 6 heures. Démoulez à l’aide du papier sulfurisé et découpez en carrés.

Tartelettes flan caramel aux poires

Voici des petites tartelettes qui avaient fait leur effet. Assez simple à réaliser mais quelle surprise à la dégustation, le parfum du caramel allié à la douceur des poires, le tout dégusté légèrement tiède (une préférence pour moi), je vous les recommande.
Tartelette flan caramel aux poires

Pour 4 tartelettes :

une pâte sablée maison
3-4 poires
1 œuf
90g de sucre
10g de maïzena
10g de sucre
155g de crème liquide allégée

Préparez la pâte sablée selon la recette, laissez -la reposer au moins 30 minutes au frais puis étalez-la sur une feuille de papier sulfurisé farinée. Découpez des disques un peu plus grands que le diamètre des moules à tartelette et foncez les moules. Piquez les fonds de tarte à la fourchette puis réservez au frais une vingtaine de minutes.

Préchauffez le four à 180°C.

Chemisez l’intérieur des tartelettes de papier sulfurisé puis ajoutez des haricots secs dessus. Enfournez-les pour les faire précuire pendant 15 minutes. Retirez ensuite les haricots et le papier et réservez.

Préparez l’appareil au caramel. Portez à ébullition la crème et le lait. Réalisez pendant ce temps un caramel à sec dans une casserole : couvrez le fond de la casserole avec le 1/3 du sucre, remuez éventuellement avec une spatule, quand il est fondu puis ajoutez un nouveau tiers,  laissez fondre puis terminez avec le reste du sucre. Quand le caramel a une belle couleur brun foncé, hors du feu ajoutez le mélange chaud lait/crème pour le décuire. Mélangez et replacez quelques minutes à feu moyen.

Dans un saladier fouettez les 10g de sucre restants avec la maïzena et l’œuf puis ajoutez le caramel décuit.

Lavez les poires, coupez-les en 4 pour les épépiner, puis découpez-les en lamelles. Garnissez le fond de chaque tartelette avec les poires finement émincées. Versez dessus l’appareil à flan au caramel.

Enfournez à nouveau pendant 55 à 60 min. Laissez ensuite tiédir sur une grille et dégustez tiède ou frais.

Tartelettes au lemon curd & ganache pralinoise

Avec mon lemon curd préparé maison, j’ai voulu préparé quelques petits desserts gourmands : des coulants au citron que vous découvrirez bien vite, et ces tartelettes au citron et ganache praliné. Le mariage chocolat et citron est très agréable, la taille des tartelettes que j’ai choisie est peut-être un peu grande pour une garniture un peu consistante, mais si vous êtes très gourmands ce sera parfait.
Tartelette au lemon curd & ganache pralinoise

Pour 5 grosses tartelettes :

la moitié de la recette de pâte sablée
180g de lemon curd maison
170g de pralinoise
130g de chocolat noir
100g de crème liquide
50g de lait
40g de beurre mou

Préchauffez le four à 170°C.
Etalez la pâte à tarte sur le plan de travail fariné. Découpez des cercles allant dans vos moules à tartelette foncez la pâte dans les moules. Piquez les fonds de tarte à la fourchette, recouvrez de légumes secs et enfournez pour une cuisson à blanc pendant 20 minutes. Au bout de 15 minutes retirez les légumes secs. Sortez enfin les tartelettes du four et laissez refroidir.

Une fois les fonds de tarte refroidis, étalez une belle couche de lemon curd sur chaque fond de tartelette.

Préparez maintenant la ganache au chocolat.
Dans une casserole, versez la crème et portez la à ébullition . Hachez les chocolats et déposez les dans un bol. Versez la crème très chaude sur les chocolats et commencez à mélanger avec une spatule souple pour obtenir une ganache bien lisse. Incorporez ensuite le beurre et mélangez. Attendez 5 minutes avant de la couler sur le lemon curd .
Préparez votre ganache juste au moment de la verser sur la tarte car elle cristallise assez rapidement.

Placez au frais au moins 4 heures et servez bien frais.

Mousseline froide de chou fleur

J’ai dégusté dernièrement une purée onctueuse de chou fleur froide qui accompagnait un gros morceau de poulpe froid. Le tout était parfaitement cuisiné, frais et très bien assaisonné. J’ai voulu bien vite essayer de refaire la mousseline et voici le résultat plutôt satisfaisant pour un premier test. Je vous laisse découvrir et goûté ça : vous m’en direz des nouvelles.
Mousseline froide de chou fleur

Pour 4 personnes (par exemple pour accompagner une entrée) :

500g de chou fleur cuit fondant égoutté (une demi tête crue)
Pour la cuisson du chou fleur : 1 oignon, 1 échalote, 1 cube de bouillon de légumes
60g de jus de cuisson réservé
10cL de crème liquide entière bien froide
sel, poivre

Faites bouillir une grande casserole d’eau salée. Plongez-y le cube de bouillon et l’oignon et l’échalote émincés.
Lavez le chou-fleur, coupez-le en petits bouquets et plongez-les dans l’eau bouillante. Laissez cuire à petits bouillons 1à à 15 minutes jusqu’à ce que les bouquets de chou fleur soient tendres. Egouttez le chou fleur en conservant du jus de cuisson. Laissez refroidir.
Une fois refroidis, mixez les bouquets de chou fleur en purée et ajoutez 60g de jus de cuisson. Salez et poivrez.
Montez la crème liquide bien foire en chantilly et incorporez-la très délicatement (en soulevant la masse avec une maryse) à la purée de chou fleur. Rectifiez l’assaisonnement et réservez au frais.
Servez bien frais.

Crème brûlée à la confiture de lait

Ca fait un sacré bout de temps que je ne vous ai pas proposé de crèmes brûlées, alors que j’adore ça et mon mari aussi ! En voici une version très gourmande à la confiture de lait.
Crème brûlée à la confiture de lait

Pour 4 crèmes :

25cL de crème liquide entière
25cL de lait
4 jaunes d’œufs
100g de confiture de lait
cassonade pour caraméliser

Préchauffez le four à 150°C.
Mélangez la crème liquide et le lait avec les jaunes d’œufs et la confiture de lait. Versez le mélange dans des ramequins à crème brûlée et enfournez pendant 30 minutes environ.
Laissez tiédir puis placez au frais 4 heures. Au moment de servir, saupoudrez de sucre glace et brûler au chalumeau.