Falafels au four

Depuis le temps que je voulais faire des falafels… enfin j’en ai fait. Je crois que je repoussais pensant que cela allait être long à préparer ; mais en fait pas du tout, c’est ultra simple car on met tous les ingrédients dans le mixeur qui va travailler pour vous, et rapide, il faut simplement penser à mettre à tremper vos pois chiches secs la veille.
Pour la recette je me suis inspirée un peu de celle de Lyne.
Falafels au four

Et le résultat : des falafels légèrement croquants de l’extérieur, moelleux à l’intérieur, parfumés, et pas gras puisque la cuisson se fait au four ici (mais si vous êtes vraiment adeptes de la friteuse vous pouvez également les faire frire).

Pour une quarantaine de falafels :

500g de pois chiches secs (préalablement trempés dans l’eau et le bicarbonate pendant 24 h)
1 oignon
1 échalote
2cs de cumin moulu
1/2cm de piment vert coupé finement
2cs de graines de sésame
3cs de tahini
1cs de farine de pois chiche
1 pincée de bicarbonate de soude
1 botte de coriandre fraîche
sel et poivre selon votre goût
1cc d’huile de sésame
Pour un bol de sauce au yaourt et tahini :
250g de yaourt nature (ou fromage blanc)
1 gousse d’ail fraîchement hachée (facultatif si comme moi vous ne supportez pas trop l’ail frais et cru)
2cs de jus de citron frais
2 à 3cs de tahini
sel et poivre selon votre goût
coriandre fraîche finement émincée, selon votre goût

La veille, faites tremper les pois chiches dans un grand volume d’eau avec pincée de bicarbonate de soude.
Le lendemain, égouttez-les, rincez-les puis séchez-les soigneusement dans un torchon.
Emincez l’oignon et l’échalote, et passez-les au mixeur avec les pois chiches, les épices, le tahini, la farine, le bicarbonate de soude, l’huile de sésame et la coriandre fraîche. Mixez jusqu’à l’obtention d’une pâte presque crémeuse et homogène.
Assaisonnez et mélangez avec les graines de sésame.

Préchauffez le four à 200°C.
Façonnez des boulettes de la taille d’une noix environ et déposez-les sur une feuille de papier sulfurisé.
Si vous le souhaitez vous pouvez badigeonner les falafels d’un peu d’huile d’olive à l’aide d’un pinceau. Enfournez à 200°C pendant 10 minutes environ jusqu’à ce qu’ils soient légèrement dorés. Retournez-les à mi-cuisson.
Servez tiède avec un filet de citron et votre sauce au yaourt très simple à préparer : battez tous les ingrédients dans un bol à l’aide d’une fourchette.

Taboulé de chou-fleur aux abricots secs, pomme Granny, gingembre, tahini

Je ne sais pas si vous aviez suivi ma recette de semoule de chou fleur parue il y a plusieurs années, mais cette recette m’avait beaucoup plu, fraîche, parfumée, idéale pour une entrée légère. J’ai voulu tester une nouvelle version ici avec ce que j’avais sous la main dans le frigo, cela a donné de nouvelles associations assez bien réussies je trouve.
Taboulé de chou fleur aux abricots secs, pomme Granny, gingembre, tahini et pignons

Pour 4 personnes :

400g de chou fleur cru
1 citron vert
1 pomme Granny
1cs de ciboulette ciselée
2cs de coriandre ciselée
10g de gingembre frais râpé très finement
30g de pignons de pin entiers grillés
60g d’abricots secs
1cs de pâte de sésame (tahini)
2cs d’huile d’olive
1 citron jaune
sel, poivre

Lavez le chou-fleur et réduisez les bouquets en semoule  fine au mixeur (avec l’ustensile râpe).
Versez cette semoule dans un bol.
Ré-hydratez les abricots secs dans un bol d’eau bouillante. Egouttez-les ensuite puis découpez-les en petits dés.
Lavez la pomme Granny et coupez-la en tout petits cubes.
Lavez le citron vert, prélevez les zestes et râpez-les finement. Pressez le jus et ajoutez-le au chou fleur.
Ajoutez à la semoule de chou fleur le gingembre râpé, les zestes de citron vert, les dés d’abricots secs, les dés de pomme, les pignons et les herbes. Salez et poivrez à votre convenance. Placez au frais au moins une heure.
Réalisez une petite sauce en mélangeant le tahini, le jus du citron jaune et l’huile d’olive. Assaisonnez le taboulé de chou fleur et répartissez le tout dans des verres. Servez en entrée, avec quelques pignons de pin en décoration.

Soupe glacée de brocoli à la coriandre

Avec le printemps qui est arrivé et la chaleur d’avril, j’ai été ravie de retrouver mes petites recettes de soupes froides. C’est tellement bon, rafraîchissant et idéal pour débuter un petit dîner.
Soupe glacée de brocoli à la coriandre

Pour 4 à 6 verrines :

1 petit brocoli (400g une fois cuit)
1 échalote émincée
2 gousses d’ail émincées finement
10cL de lait
15cL d’eau
1/2 cube de bouillon de légumes bio
sel, piment d’espelette
une dizaine de branches de coriandre
huile d’olive

Faites revenir l’échalote et l’ail dans une casserole avec l’huile d’olive.
Détaillez le brocoli en petites sommités, lavez-les et ajoutez-le dans la casserole. Faites-les revenir quelques minutes puis couvrez d’eau et de lait. Ajoutez le demi cube de bouillon, la coriandre ciselée, le piment d’espelette et salez. Laissez cuire une dizaine de minutes environ à petits bouillons. Lorsque le brocoli est tendre, coupez le feu et mixez au mixeur plongeant.
Versez dans des verrines, laissez refroidir et placez au frais au moins 2 heures avant de servir.

 

Semoule de chou-fleur fraîcheur, à l’orange et pignons de pin

Un gros restant de chou-fleur, des oranges à utiliser et voilà comment est née cette semoule de chou-fleur très sympathique pour une petite entrée fraîche et riche en saveur maintenant que le printemps pointe le bout de son nez !
IMG_9611

Pour 4 personnes :

420g chou-fleur cru
2 oranges bio (le jus des 2 et le zeste d’une)
1/2 citron non traité (jus et zeste)
1cs de ciboulette ciselée
2cs de coriandre ciselée
10g de gingembre frais râpé très finement
100g de fromage blanc
20g de fromage frais (type St Môret)
50g de pignons de pin entiers grillés
30g de pignons de pin réduits en poudre
1cs d’huile de noix
sel, poivre

Lavez le chou-fleur et réduisez les bouquets en semoule  fine au mixeur (avec l’ustensile râpe).
Versez cette semoule dans un bol.
Lavez les oranges et le 1/2 citron, prélevez les zestes et râpez-les finement. Pressez le jus. Ajoutez à la semoule les jus d’agrumes et les zestes, le gingembre râpé, le fromage blanc et le fromage frais, les pignons, les herbes et l’huile. Salez et poivrez à votre convenance.
Répartissez la préparation dans des verres, placez au frais au moins une heure et servez en entrée, avec quelques pignons de pin en décoration.

Velouté de chou fleur aux épices

Pour se réchauffer par ces froides soirées d’hiver, je vous propose ce velouté qui vous fera voyager à travers le monde avec ces épices. Un délice que je vous conseille vivement et qui fera manger du chou fleur aux plus réticents !
Velouté de chou fleur aux épices

Pour 2 gros bols ou 4 petits :

 1/2 chou fleur (il était très gros ici)
1 oignon émincé
1 gousse d’ail écrasée
1cs de gingembre frais émincé (ou en poudre)
1/2 cc de curcuma
1cc de cumin en poudre
1cs de coriandre ciselée
1/2 litre de bouillon de légumes (1 cube bouillon de légumes bio pour 50cL d’eau)
sel, poivre
1cc d’huile d’olive

Détaillez le chou-fleur en petites sommités, lavez-les et faites-les cuire 10 minutes dans un litre d’eau bouillante. Égouttez-le et réservez.

Faites revenir l’oignon, l’ail et le gingembre dans l’huile d’olive. Ajoutez ensuite sur feu doux le curcuma et le cumin puis mélangez bien. Ajoutez ensuite le chou fleur, mouillez avec le bouillon de légume, salez légèrement, et portez à ébullition. Laissez frémir une dizaine de minutes. A la fin de la cuisson ajoutez la coriandre ciselée.

Mixez la soupe au blender ou à la girafe et replacez-la sur un feu très doux en attendant de la dégustez, rectifiez l’assaisonnement si nécessaire.
Servez bien chaud (mais vous pouvez également la tester froide si le climat s’y prête), avec une lichette de crème fraîche par exemple.

Salade de potiron, fêta, pois chiches à la coriandre

Bien que l’on n’a pas vraiment envie de manger froid en hiver, je vous propose ici une petite salade d’automne-hiver avec une association très réussie je trouve qui est celle des pois chiches avec du potiron et de la fêta. Le tout rehaussé d’une note fraîche de coriandre.
IMG_9079

Pour 2 personnes en plat complet ou 4 en petite entrée :

300g de potiron cru et épluché
140g de pois chiche égouttés (en conserve ici)
100g de fêta
2cs de coriandre ciselée
sel, poivre

Préchauffez le four à 180°C.
Lavez le potiron et coupez-le en petits dés. Placez les dés de potiron dans un plat allant au four, ajoutez une cuillère à soupe d’huile d’olive et une pincée de sel et mélangez pour enrober tous les morceaux. Enfournez pour 20 minutes, en mélangeant de temps en temps, puis terminez la cuisson par 5 minutes à 200°C.
Sortez le potiron du four et laissez complètement refroidir.

Rincez les pois chiches et retirez la pellicule qui entoure chaque grain (oui c’est l’étape un peu longue mais je trouve que c’est meilleur).
Découpez la fêta en petits cubes.
Mélangez les dés de potiron refroidis, les pois chiches et les dés de fêta. Salez et poivrez, ajoutez la coriandre ciselée et réservez au frais jusqu’au moment de servir.
Pour dégustez cette petite salade, assaisonnez tout simplement d’un filet d’huile d’olive ou de noix ou noisette et dégustez frais.

Aubergines farcies en sucré-salé

Pendant les vacances j’ai découvert le blog de « Cocotte et biscotte » qui est une mine d’or pour tous ceux qui ont décidé, comme moi, de manger moins de viande et de poisson, mais tout en conservant un équilibre alimentaire e en se faisant plasir. Instructif, riche d’enseignements sur certains produits, garni de recettes gourmandes et originales, j’ai « dévoré » ce blog en long en large et en travers et je vous le recommande.

Et pour la première bonne idée chippée chez ce couple, il s’agit de ces aubergines farcies en sucré-salé qui sont un délice. Je me suis permise ma petite touche perso en rajoutant un « chouilla » de lentilles corail dans la garniture et de la coriandre ciselée. Cette recette ferait manger des aubergines aux plus réticents je pense car ici elles sont fondantes et mélangées à la farce.

Pour 6 (en accompagnement), sinon pour 3-4 en plat complet :

3 aubergines
2 oignons
200g de riz complet
35g de lentilles corail
50g de raisins secs noirs
10g de sucre
2cc de curcuma en poudre
1cs de coriandre ciselée
2cs d’huile d’olive
50 g de gruyère râpé
sel, poivre

Faites gonfler les raisins dans un peu d’eau chaude pendant une dizaine de minutes.

Commencez par faire cuire le riz, façon pilaf pour moi : placez le riz dans une casserole avec une cuillère à café d’huile d’olive. Faites bouillir (dans une autre casserole ou à la bouilloire) de l’eau (1 fois et demi le volume de riz). Pendant 2-3 minutes faites chauffer les grains de riz dans la casserole (feu moyen) en mélangeant sans cesse, puis versez dessus l’eau bouillante. Baissez le feu (3 sur 12 sur mes plaques à induction), salez avec du gros sel et couvrez la casserole. Laissez cuire environ 10 minutes, jusqu’à ce que le riz ait absorbé toute l’eau et qu’il soit tendre (donc pas besoin de l’égoutter) retirez alors du feu et réservez. Si vous préférez procédez à une cuisson standard cela conviendra également.

Rincez les lentilles corail et faites les cuire dans une casserole d’eau froide (sans sel). À partir de l’ébullition baissez un peu le feu et laissez cuire une dizaine de minutes à frémissements (attention à na pas cuire trop longtemps sinon ça fait vite de la purée). Egouttez ensuite les lentilles et réservez.

Dans une poêle, faites chauffer une cuillère à soupe d’huile d’olive. Ajoutez les oignons émincés, les raisins égouttés, une cuillère à soupe de curcuma et le sucre. Laissez fondre sur feu moyen-doux en remuant de temps en temps.

Lavez les aubergines, retirez-en les extrémités et coupez-les en deux dans la longueur. Creusez-les délicatement (à l’aide d’une cuillère à dent ici) et conservez les « coques ».

Coupez la chair en petits dès et ajoutez-les dans la poêle. Ajoutez également la deuxième cuillère à café de curcuma, la deuxième cuillère à soupe d’huile d’olive et du sel. Faites revenir le tout à feu doux, à couvert, pendant 30 minutes ; remuez de temps en temps.
Pendant ce temps, faites cuire les « coques » à la cocotte-minute (5 minutes à partir du chuchotement).

Au bout des 30 minutes (les aubergines doivent être tendres) ajoutez le riz cuit, les lentilles corail cuites et la coriandre au mélange aubergines, raisins, oignons. Mélangez le tout, poivrez et rectifiez l’assaisonnement.

Préchauffez le four à 180˚C.
Remplissez les coques d’aubergines égouttées de la préparation et placez-les dans un plat à gratin. Saupoudrez dessus le gruyère râpé et enfournez pour 15 minutes, le temps que le fromage soit gratiné. (Si besoin terminez la cuisson par 3 minutes en mode grill).

Dégustez bien chaud à la sortie du four. Et pour mon fiancé j’ai accompagné ces aubergines farcies d’une côte de porc dans l’échine.

Pensez à réfléchir à votre Assiette Gourmande d’Automne et venez participer au jeu-concours :

Muffins aux couleurs des îles : thon, lait de coco, curry, raisins secs

Partie dans ma série lait de coco (et oui ma brique de lait de coco faisait 500mL donc il m’a fallu trois recettes pour les écouler), j’ai farfouillé sur la blogosphère des recettes originales au lait de coco. Après ma première expérience de sucré-salé réussie dans mon wok de poulet au lait de coco-citron vert-gingembre, j’ai voulu réitéré l’expérience dans ces muffins avec l’intrigante association du thon avec de la noix de coco. J’ai trouvé cette inspiration de recette chez Annellenor de « Passion… gourmandise« .

Verdict : un délice (en tout cas pour les amateurs de sucré-salé, de coco et de curry), ces muffins sont moelleux, absolument pas secs et parfumés juste comme il faut en curry et noix de coco. À refaire !!!

Pour 6 gros muffins :

Pour la marinade :
1 boîte de thon au naturel (140 g égoutté)
1 oignon
un citron vert (jus et zestes)
50g de raisins secs
15g de gingembre frais finement râpé
45g d’huile d’olive
1cc de coriandre ciselée
Pour le mélange sec :
150g de farine
50g de flocons d’avoine
25g de noix de coco râpée
1 sachet de levure chimique
1cs de curry en poudre (4g)
sel, poivre
Pour le mélange humide :
4 gros œufs
125mL de lait de coco
sel, poivre

Commencez par préparer la marinade :
– épluchez et émincez finement l’oignon
– prélevez le zeste du citron vert et coupez-le en tout petits morceaux
– pressez le jus du citron vert
– râpez très finement le morceau de gingembre frais
– égouttez le thon au naturel
Mélangez enfin tous les ingrédients de la marinade dans un bol et laissez reposer au frais pendant une heure.
Dans deux autres saladiers mélangez d’une part les ingrédients secs et d’autre part les ingrédients humides.
Préchauffez le four à 180°C.
Versez les ingrédients humides dans le saladier du mélange sec. Mélangez rapidement sans trop travailler (la pâte doit rester grumeleuse). Ajoutez enfin les ingrédients de la marinade et mélangez toujours rapidement sans trop travailler.
Versez la pâte dans des moules à muffins en silicone et enfournez pour 30 minutes environ (pour de gros muffins ici). Surveillez la cuisson en plantant la lame d’un couteau dans un muffin : celle-ci doit ressortir sèche.
Dégustez ces muffins tièdes, accompagnés d’une petite salade ou découpés en petits morceaux pour l’apéro (avec un petit cocktail à base de rhum pour rester dans les îles)…

Wok de poulet au lait de coco, gingembre et citron vert

Ayant une grosse brique de lait de coco qui arrivait à expiration bientôt, j’ai cherché plusieurs recettes pour l’écouler : en voici une première, en version sucré-salé qui s’est avérée très bonne et originale. Il s’agit d’une recette de poulet au lait de coco avec des petites touches d’exotisme en plus apportées par du gingembre et du citron vert.

Pour 3-4 personnes :

675g de blancs de poulet
1 citron vert (zeste et jus)
15g de gingembre frais
15 g de beurre
3cs de miel
2cs de sauce soja
20cL de lait de coco
1 yaourt nature (125g)
2cc de coriandre fraîche ciselée
sel, poivre

Prélevez le zeste du citron vert et coupez-le en tout petits morceaux. Pressez le jus et réservez-le. Éplucher le gingembre frais et râpez-le très finement.
Dans un wok faites fondre le beurre avec le miel. Ajoutez ensuite le gingembre râpé et les zestes de citron et faites caraméliser à feu doux.
Pendant ce temps, hachez la chair du poulet au mixeur (avec l’ustensile double lame, ou bien à la main au couteau). Incorporez à la viande hachée le jus de citron, la sauce soja et une pincée de sel.
Quand les zestes de citron sont devenus translucides, versez le poulet haché dans le wok et mélangez à feu vif pour que le poulet forme de petites boulettes. Laissez-les cuire (et peut-être un peu griller). Quand la viande est juste cuite ( qu’elle n’est plus rosée à l’intérieur), ajoutez le lait de coco et laissez mijoter à feu (très) doux pendant 15 à 20 minutes (le lait de coco ne doit pas bouillir). Rectifiez l’assaisonnement en sel et poivre.
Pendant que le poult mijote, vous pouvez préparer une garniture d’accompagnement : soit des épinards ou encore un riz pilaf.
Servez le poulet chaud, sur un lit de riz ou d’épinards et parsemez de coriandre ciselée.

Mini terrines de carotte, flocons d’avoine et parmesan

La bloggeuse de Talons hauts et cacao propose plusieurs recettes de terrines originales, je me souvenais d’une à la carotte. Comme je n’avais absolument pas tous les ingrédients de la recette initiale, je l’ai déclinée à ma sauce (avec des flocons d’avoine et du parmesan) et le résultat était très bon aussi, on obtient des terrines fondantes, à déguster tièdes ou froides.

Pour une dizaine de mini terrines (taille muffin) :

360g de carottes
22cL de lait
100g de flocons d’avoine
50g de parmesan râpé
15g de gruyère râpé (parce qu’il traînait dans mon frigo mais vous pouvez ne mettre que du parmesan)
15g de farine
3 œufs
1 oignon
2cc de coriandre ciselée
sel, poivre

Lavez et épluchez les carottes et coupez-les en tronçons de 2-3cm de long. Faites-les cuire dans une casserole d’eau bouillante salée jusqu’à ce qu’elles soient tendres (à la limite de s’écraser car il va falloir les réduire en purée).
Dans un saladier versez les flocons d’avoine et recouvrez-les de lait. Laisser reposer 10 minutes environ.
Préchauffer le four à 180°C.
Une fois les carottes cuites, égouttez-les et réservez 100g que vous couperez en petits dés. Mixez le reste au robot avec les œufs, la farine et l’oignon émincé. Incorporez cette purée dans le mélange lait-flocons, ajoutez les dés de carottes restants, les fromages râpés et la coriandre. Assaisonnez de sel et de poivre.
Versez la préparation dans des petits moules (à muffins) ou dans un moule à cake, en silicone ici. Enfournez pour 20 minutes pour les versions mini (pour une version en cake, poursuivez la cuisson à 160°C pendant 15 à 20 minutes je pense).
Pour vérifier la cuisson de la terrine : le dessus doit être pris et en plantant la lame d’un couteau, celle-ci doit ressortir sèche.

Laissez refroidir à température ambiante et dégustez tiède ou froid.
Ces terrines se congèlent aussi très bien. Pour la décongélation : soit le matin pour le soir et un passage léger au four pour les tiédir, soit directement du congélateur au four à 200°C pour décongeler et tiédir (compter 15-20 minutes environ).