Taboulé de chou-fleur aux figues & raisins secs, noix de cajou & amandes, et herbes fraîches

Par ce beau temps et ces chaleurs rien de tel que des salades fraîcheurs pour se faire plaisir et remplir son estomac. Et pour changer je vous propose ici un délicieux taboulé de chou-fleur, en sucré-salé.
Je vous en avais déjà proposé une version il y a plusieurs années, agrémenté d’abricots secs, pomme granny, tahin et gingembre.
Pour 4 personnes en entrée :

300g de chou fleur cru (environ)
le jus et le zeste d’1 citron vert
le jus d’1/2 citron jaune
2cs de ciboulette ciselée
2cs de coriandre ciselée
2cs de menthe ciselée
5g de gingembre frais râpé très finement
2 belles figues sèches
une petite poignée de raisins secs
15g de noix de cajoux concassées
15g d’amandes concassées
2cs d’huile d’olive
1cs d’huile d’olive
1cs d’huile de noisette
1cs de graines de sésame
sel, poivre

Lavez le chou-fleur et réduisez les bouquets en semoule  fine au mixeur (avec l’ustensile râpe).
Versez cette semoule dans un grand bol.
Découpez les figues en tout petits dés. Si les raisins sont gros coupez-les également, sinon conservez-les entiers.
Lavez le citron vert, prélevez les zestes à la râpe. Pressez le jus du citron vert ainsi que celui du citron jaune.
Ajoutez à la semoule de chou fleur le jus de citron, les huile, le gingembre râpé, les zestes de citron vert, les morceaux de fruits secs, les noix de cajou et amandes concassées, les graines de sésame et les herbes. Salez et poivrez à votre convenance. Mélangez bien. Placez au frais au moins une heure avant de servir.
Servez en entrée, en accompagnement ou comme plat complet en grande salade accompagnée d’une belle tartine de pain et fromage.

Tartare de courgettes jaunes & champignons aux herbes

Une petite salade fraîcheur en ce printemps ça vous tente. Simple, rapide, coloré et goûteux, ce petite tartare est idéal pour un petit repas léger.
Pour une personne :

une petite courgette jaune
deux petits champignons de Paris
le jus d’1/2 citron jaune
1cs d’huile d’olive
quelques brins de ciboulette (et si vous avez des fleurs n’hésitez pas à en mettre)
2 tiges de feuilles de menthe
1/2 échalote
1 rondelle de gingembre frais
sel, poivre

Trente minutes à 1 heure avant de dégustez préparer le tartare.
Lavez la courgette et les champignons. Coupez-les en petits cubes et placez-les dans un bol. Emincez finement l’échalote ; coupez le gingembre en tout petits morceaux. Ajoutez celà aux courgettes.
Assaisonnez du jus de citron, de l’huile, de sel et poivre. Ciselez finement les herbes dessus et mélangez le tout.
Laissez reposer au frais jusqu’au moment de servir. Dressez dans un joli bol, avec la fleur de ciboulette.
Pour en faire un repas complet, n’hésitez pas à l’accompagner d’un morceau de pain et de fromage ou encore d’un oeuf à la coque.

Gyozas maison & bouillon asiatique

Nous avons tous eu un peu plus de temps pendant ce confinement, alors pourquoi ne pas l’occuper en cuisine ?! Et en réalisant des recettes que nous nous étions gardées de côté jusque-là, car jugées peut-être un peu longues ou compliquées.
Pour ma part j’en ai profité et pas qu’un peu : à partir de la deuxième semaine de confinement il n’y a pas un jour où je ne me suis pas mise un peu en cuisine, ne serait-ce au moins pour préparer une petite salade, et ce pour mon plus grand plaisir.

En regardant quelques Replay de « Très très bon » sur Paris Première, ma maman n’arrêtait pas de saliver sur les gyozas ; vous connaissez ces petits raviolis japonais ?
J’ai donc fini par regarder des recettes, au début juste par curiosité, puis je me suis dit « et pourquoi pas, ça ne doit pas être si compliqué ». En effet ce n’est pas très compliqué, par contre je ne vous cacherais pas que c’est assez long… J’ai dû passer en tout 4 à 5 heures en cuisine pour toutes les préparations !
Mais le résultat est là et mes parents se sont régalés, et c’est celà le plus important.
J’ai préparé deux farces différentes, une assez traditionnelle au porc et avec les légumes de saison trouvés en confinement, et une végétarienne.
Pour accompagner j’ai préparé un bouillon très savoureux aux notes asiatiques évidemment.
Pour au moins 75 gyozas :
Pour la pâte à gyoza :
300g de farine (ici semin complète BIO T110 car je n’ai trouvé que celà, mais avec de la farine blanche standard c’est l’idéal)
190g d’eau tiède
1/2cc de sel
Pour la farce au porc :
110g de farce de porc (en direct du petit boucher du village)
1/2 poireau
1 petite carotte
1/4 d’oignon
1 gousse d’ail
3cm de gingembre
2cs de sauce soja
herbes du jardin : menthe, ciboulette, coriandre
sel, poivre
Pour la facre végétarienne :
1 poireau
1 petite carotte
2 champignons de Paris (ce n’est pas très asiatique mais je vous l’ai dit j’ai fait avec les produits frais d’ici, vous pouvez mettre des shitakés pour rester dans le thème)
1/4 d’oignon
1 gousse d’ail
3cm de gingembre
2cs de sauce soja
herbes du jardin : menthe, ciboulette, coriandre
sel, poivre

Pour le bouillon asiatique d’accompagnement, la recette est par ici.

Commencez par préparer la pâte à gyozas.
Placez la farine et le sel dans un grand cul de poule et creusez un puits au centre. Versez l’eau tiède au centre et pétrissez pendant 5 bonnes minutes, jusqu’à obtenir une pâte homogène et bien lisse. Ne soyez pas inquiet si vous avez des grumeaux au départ, c’est tout à fait normal. Laissez la pâte reposer environ une heure à température ambiante.
Pendant que votre pâte repose, vous pouvez préparer la farce.

La confection de la farce à la viande et de la farce végétarienne est la même, seule changera l’ajout du porc ou des champignons à la fin.
Lavez les herbes fraîches et prélevez-en la quantité que vous souhaitez (selon vos goûts, pour ma part j’en ai mis beaucoup car j’adore celà !).
Lavez le poireau et coupez-le en deux dans la longueur puis en tronçons d’environ 3cm. Coupez grossièrement l’oignon.
Lavez la carotte, épluchez-la, puis râpez-la au robot.
Pelez l’ail et le gingembre et pressez-les à l’aide d’un presse-ail.
Placez tous les ingrédients, ainsi que la sauce soja, du sel et poivre, dans le bol du robot, muni de l’ustensile double-lame et hachez le tout.
Pour la farce végétarienne, ajoutez à la fin les champignons de Paris lavés et hachez une dernière fois.
Pour la farce au porc, ajoutez à la fin la farce du boucher et mélangez bien avec le reste des ingrédients.

Passons maintenant à la confection des gyozas. Pour former la pâte, deux techniques possibles : soit vous disposez d’une machine à pâte avec laquelle vous étalez des pâtons le plus finement possible, puis détaillez ensuite des ronds de 6 à 9cm de diamètre à l’emporte-pièce ; soit, comme moi, vous n’avez pas de machien à pâte et donc vous allez procéder à l’aide d’un rouleau à pâtisserie. Prélevez alors un boudin de pâte et étalez-le le plus finement possible au rouleau à pâtisserie, sur le plan de travail fariné. Détaillez des ronds de 6 à 9cm (à l’emporte-pièce ou à l’aide d’un verre retourné). Déposez les ronds au fur-et-à mesure sur une feuille de papier sulfurisé, attention à ne pas faire la même bêtise que moi en les superposant car ils risquent de se coller les uns aux autres. Procédez de même jusqu’à épuisement de la pâte.
Il reste maintenant à garnir vos gyozas. Placez le rond de pâte entre le pouce et l’index ; à l’aide d’une cuillère à café, mettez de la farce au centre, dans le creux formé entre le pouce et l’index. Humidifiez très légèrement les bords de la pâte avec un peu d’eau froide.Formez des « volants » avec le côté du gyoza qui est vers vous, et soudez bien les bords. Continuez ainsi pour les autres gyozas, jusqu’à épuisement des ingrédients.
Faites de même avec les deux farces et réservez les gyozas au frais jusqu’à l’étape de cuisson.
Pour la cuisson, faites chauffer de l’huile d’olive dans une grande poêle à feu vif. Une fois bien chaude, placez les gyozas et faites griller 1 à 3 minutes de chaque côté (les yozas doivent être dorés). Versez ensuite de l’eau sur 1 cm (attention aux projections !), et couvrez. Laissez cuire à coeur environ 5 à 7 minutes, avant d’ôter le couvercle et de laisser l’eau complètement s’évaporer. Vous pouvez baisser le feu à moyen lors de cette étape afin d’éviter de brûler les gyozas. C’est prêt !

Les gyozas se dégustent tels quels avec de la sauce soja salée.
J’ai décidé ici de les accompagner d’un bon bouillon aux saveurs asiatiques, c’était un délice.

Bouillon aux saveurs asiatiques (pour accompagner des gyozas maison)

J’ai préparé ce délicieux bouillon pour accompagner mes gyozas « fait maison », mais vous pouvez le déguster seul il se suffit tout à fait à lui-même, tant il est savoureux.
Il sera aussi idéal en hiver lorsque vous avez envie de chaud mais pas forcément d’une soupe ou velouté de légumes un peu plus lourd.
Pour 4 personnes (1L de bouillon) :

1 carotte
1 poireau
2 champignons de Paris (ou shitaké pour faire plus asiatique)
1cm de gingembre frais
1 échalote
1cc de gingembre en poudre
5cs de sauce soja
herbes fraîches : menthe, ciboulette, coriandre
sel, poivre
huile d’olive

Emincez l’échalote. Coupez le morceau de gingembre en lamelles.
Epluchez et lavez la carotte, coupez-la en fines lamelles.
Dans une casserole faites revenir légèrement échalote, gingembre et carotte avec une cuillère à soupe d’huile d’olive et du sel.
Couvrez d’1L d’eau bouillante environ. Ajoutez les herbes fraîches lavées et grossièrement coupées (juste pour qu’elles libèrent de leurs saveurs, le bouillon sera filtré par la suite).
Laissez mijoter à tout petit feu et à couvert pendant 10 à 15 minutes, puis laissez refroidir la casserole avant de filtrer le bouillon à travers une passoire fine.
Conservez les carottes cuites pour les rajouter dans le bouillon filtré.
Réservez le bouillon.
Lavez et émincez le poireau. Faites-le suer dans une poêle avec un filet d’huile d’olive et une pincée de sel, jusqu’à ce qu’il soit tendre.
Lavez les champignons et émincez-les finement.
Un vingtaine de minutes avant de servir, réchauffez le bouillon à feu moyen. Ajoutez-y les poireaux cuits, les carottes récupérées de la permière cuisson et les champignons émincées. Ajoutez la sauce soja et le gingembre en poudre, quelques herbes fraîches ciselées si vous le souhaitez et portez à petits bouillons 3 à 5 minutes.
Servez bien chaud.

Gaspacho de haricots blancs & croutons à l’ail

Etant chez mes parents vers Bordeaux depuis maintenant plus d’un mois en cette période de confinement, en rangeant tous les placards de cuisine ma mère a retrouvé des haricots blancs secs dont elle n’a jamais su que faire (et déjà comment les faire cuire). Ayant besoin de cuisiner pour m’occuper un peu, me voilà partie en quête de recette. Après un houmous de haricots blancs, j’ai cherché comment le décliner autrement et j’ai trouvé l’idée d’un gaspacho plutôt originale, surtout avec cette météo si estivale c’était idéal pour l’apéro au soleil ; j’ai décidé de rajouter des croûtons à l’al pour un peu de gourmandise et croquant.
Tout d’abord prévoyez au moins 24h avant la cuisson des haricots blancs secs.
Mettez à tremper les haricots blancs dans un grand saladier avec un grand volume d’eau froide et une cuillère à café de sel. Couvrez d’un linge et laissez tremper pendant 24h.
Egouttez les haricots et plongez-les dans une casserole d’eau froide. Mettez à chauffer jusqu’à ébullition puis baissez le feu et laisser à feu moyen pendant 15 minutes. Egouttez de nouveau. Cette première étape permet de désaler les haricots.
Placez de nouveau les haricots blancs dans une grande casserole d’eau et portez à ébullition avec une pincée de sel. Baissez sur feu moyen et laissez cuire environ 2h. Vérifiez de temps en temps si besoin de rajouter un peu d’eau. Gouttez les haricots, ils doivent être tendres, très légèrement croquants.

Pour 4 gaspachos :

240g de haricots blancs cuits (si vous préférez utilisez des haricots en conserve celà fonctionnera tout aussi bien)
une poignée de brins de ciboulette
une poignée de feuilles de menthe
1 branche de thym
1 morceau de 5-7cm de pain rassis (tradition de campagne ici)
30 à 50cL d’eau bouillante
1/2 bouillon cube de légumes Bio
2cs de vianigre de cidre
2cs d’huile d’olive
fleur de sel, poivre
Pour les croutons :
une demi baguette de pain rassis
2 gousses d’ail
30 à 50g de beurre

Préparez le bouillon en diluant le bouillon cube dans l’eau bouillante et plongez-y la branche de thym. Laissez refroidir et entreposez au réfrigérateur pendant au moins une heure.
Si vous utilisez des haricots en conserve, égouttez-les et rincez-les bien.
Placez-les dans un saladier, avec l’huile d’olive, la fleur de sel, les herbes ciselées, le pain coupé en morceaux grossiers et le vinaigre de cidre.
Laissez macérer au réfrigérateur pendant au moins une heure.

Mettez ce mélange dans le bol de votre blender avec 30cL de bouillon et mixez finement (ou bien avec un mixeur plongeant). Rajoutez du bouillon l’eau pour obtenir la consistance souhaitée. Poivrez pour rectifier l’assaisonnement.

Préparez les croûtons : découpez le pain rassis en petits morceaux. Faitez fondre le beurre dans une poêle avec l’ail coupé en petits morceaux. Ajoutez les morceaux de pain et mélangez sans arrêt jusqu’à ce qu’ils colorent bien. Réservez.

Versez dans de jolies assiettes creuses ou verres et décorez avec un filet d’huile et les croûtons. Régalez-vous.

Taboulé de quinoa aux herbes, noix et noix de cajou

Une délicieuse recette, que l’on peut décliner avec plein d’autres fruits secs et saveurs, pour toujours plus de gourmandise.

Pour un petit bol (2 portions en salade) :

60g de quinoa (blanc ou de plusieurs variétés)
une tranche de 2mm de gingembre frais
deux rondelles de piments frais
1 brin de menthe bien garni
quelques brins de ciboulette
le jus d’1/2 citron
1cs d’huile d’olive
10 noix de cajou
5 noix
1 figue sèche
sel, poivre

Faites cuire le quinoa tel qu’indiqué sur le paquet (en général environ 1,5 volume d’eau pour 1 volume de quinoa, et cuisson à feu moyen pendant 15 minutes environ), en ajoutant dès le début de la cuisson le gingembre et le piment très finement haché. Réservez dans un bol et laissez refroidir un peu.

Une fois le quinoa tiède, ciselez la menthe et la ciboulette dedans, versez le jus de citron et l’huile d’olive, ajoutez les noix de cajou et noix concassées, la figue sèche coupée en petits dés, salez et mélangez le tout. Goûtez pour rectifier l’assaisonnement et réservez au frais.

Au moment de servir vous pouvez ajouter quelques miettes de fêta et un filet d’huile d’olive (ou autre de votre choix).

Taboulé de chou-fleur aux abricots secs, pomme Granny, gingembre, tahini

Je ne sais pas si vous aviez suivi ma recette de semoule de chou fleur parue il y a plusieurs années, mais cette recette m’avait beaucoup plu, fraîche, parfumée, idéale pour une entrée légère. J’ai voulu tester une nouvelle version ici avec ce que j’avais sous la main dans le frigo, cela a donné de nouvelles associations assez bien réussies je trouve.
Taboulé de chou fleur aux abricots secs, pomme Granny, gingembre, tahini et pignons

Pour 4 personnes :

400g de chou fleur cru
1 citron vert
1 pomme Granny
1cs de ciboulette ciselée
2cs de coriandre ciselée
10g de gingembre frais râpé très finement
30g de pignons de pin entiers grillés
60g d’abricots secs
1cs de pâte de sésame (tahini)
2cs d’huile d’olive
1 citron jaune
sel, poivre

Lavez le chou-fleur et réduisez les bouquets en semoule  fine au mixeur (avec l’ustensile râpe).
Versez cette semoule dans un bol.
Ré-hydratez les abricots secs dans un bol d’eau bouillante. Egouttez-les ensuite puis découpez-les en petits dés.
Lavez la pomme Granny et coupez-la en tout petits cubes.
Lavez le citron vert, prélevez les zestes et râpez-les finement. Pressez le jus et ajoutez-le au chou fleur.
Ajoutez à la semoule de chou fleur le gingembre râpé, les zestes de citron vert, les dés d’abricots secs, les dés de pomme, les pignons et les herbes. Salez et poivrez à votre convenance. Placez au frais au moins une heure.
Réalisez une petite sauce en mélangeant le tahini, le jus du citron jaune et l’huile d’olive. Assaisonnez le taboulé de chou fleur et répartissez le tout dans des verres. Servez en entrée, avec quelques pignons de pin en décoration.

Tartare de tomates en crumble de parmesan

Enfin les beaux jours sont là ! Je vous propose donc des entrées toutes fraîches pour les repas en terrasse…
Ce tartare est très simple à faire, un petit côté gourmand apporté par le crumble de parmesan, et alors avec une chantilly de parmesan la gourmandise est à son comble !
IMG_0144

Pour 2 tartares :

3 tomates (goûteuses !)
2 à 4 pétales de tomates séchées
1 oignon nouveau cuit
1cc de ciboulette ciselée
2cs de vinaigre balsamique
huile d’olive
sel, poivre
100g de crumble de parmesan
chantilly au parmesan (facultatif)

Lavez les tomates, ébouillantez-les dans une casserole pendant 1 minutes, égouttez-les et pelez-les. Coupez-les en quartiers pour les épépiner, puis coupez-les en tout petits dés. Coupez également les pétales de tomates séchées en petits dés.
Épluchez et émincez l’oignon nouveau et faites-le colorer dans une poêle avec une cuillère à soupe d’huile d’olive. Laissez ensuite refroidir.
Mélangez tous les ingrédients dans un saladier, ajoutez les oignons, la ciboulette, le vinaigre balsamique, une cuillère à café d’huile d’olive du sel et du poivre. Mélangez et laissez reposer au frais pendant 30 minutes environ.

S’il n’est pas déjà prêt, profitez de ce temps de pause pour préparer le crumble de parmesan.

Au moment de servir, répartissez le tartare dans deux tasses (ou au fond de disques placés sur deux assiettes). Tassez bien et retournez la tasse dans une assiette pour y déposer le tartare.
Déposez une cuillère à soupe de chantilly au parmesan sur chaque tartare, puis émiettez le crumble de parmesan sur le dessus et dégustez…

Tzatziki

Quoi de plus sympathique que les apéros à tartiner des dips et autres douceurs ?
Pour cela commençons par le plus simple : le tzatziki. À tartiner sur des toasts ou à picorer avec des légumes crus en bâtonnets.
En plus c’est très simple et rapide à faire alors n’hésitez plus.
IMG_9952

Pour un petit bol :
170g de fromage blanc (à 0% de MG ici)
1/2 concombre
sel, piment d’espelette
2cc de ciboulette ciselée
2cs de citron (facultatif)

Lavez et épluchez le concombre. Coupez le en deux dans la longueur pour en retirer les pépins. Râpez-le ensuite finement (au robot).
Mélangez le concombre, le fromage blanc, la ciboulette et ajustez l’assaisonnement. Ajoutez du citron ou non.
Réservez au frais et servez sur des toasts ou avec des petits légumes à croquer.

Galettes de chou fleur au saumon, comté et colombo

Fidèle à mes habitudes de grignotage et de picorer à droite à gauche, voici les dernières nées parmi les galettes. Équilibrées et goûteuses elles sont parfaites pour un dîner léger, ou même en apéro.
IMG_9928

Pour une vingtaine de galettes :

500g de chou-fleur cru
2 œufs
150g de chutes de saumon fumé
50g de farine
80g de comté
1 échalote
1 gousse d’ail
10g de ciboulette ciselée
1cc de colombo
sel, poivre
huile d’olive

Émincez l’échalote et la gousse d’ail et faites-les légèrement revenir à la poêle avec une cuillère à soupe d’huile d’olive.
Lavez le chou-fleur et détaillez-le en bouquets. Faites-les cuire dans une casserole d’eau bouillante salée (10 minutes environ, jusqu’à ce qu’il soit tendre) ou à la cocotte-minute (5 à 7 minutes).

   Une fois égoutté écrasez grossièrement le chou fleur. Ajoutez les œufs, le comté, la ciboulette, le saumon fumé, la poêlé d’échalote et ail, le sel et le poivre.
Mélangez bien et incorporez la farine et le colombo en poudre jusqu’à ce que la pâte ne colle plus.

Préchauffez le four à 180°C.
Avec vos mimines, confectionnez des galettes de la taille désirée et  déposez-les sur la plaque du four recouverte de papier sulfurisé.
Enfournez et laissez cuire 15 à 20 minutes.
Dégustez chaudes ou tièdes avec un filet de citron et une salade verte.