Lapin aux pruneaux & petits légumes

Que diriez-vous, pour une fois, d’un peu de viande pour le déjeuner ? Je vous propose ici un lapin mijoté, je trouve sa chair très tendre, pas sèche du tout contrairement à certaines volailles.
Un plat mijoté simple, efficace et bon.
Pour 4 personnes :

1 lapin découpé
1 grosse carotte
2 belles courgettes
une dizaine de pruneaux
10cL de vin blanc sec
20cL d’eau
un demi cube de bouillon de volaille bio
1/2 oignon
quelques brins de thym et romarin
sel, poivre
huile d’olive

Epluchez et émincez l’oignon. Faites-le suer dans une grande cocotte ou faitout avec une cuillère à soupe d’huile d’olive, pendant quelques minutes. Salez.
Dans cette même cocote, faites dorer à feu vif les morceaux de lapin sur toutes les faces (si besoin rajoutez un peu d’huile) pendant 5 à 10 minutes environ ; pour pouvoir procéder ainsi sur tous les morceaux du lapin, je m’y prends en deux fois : je fais revenir la moitié des morceaux que je réserve ensuite pour faire revenir les autres ; je replace ensuite tous les morceaux dans la cocotte.
Lavez les carottes et courgettes et coupez-les en gros morceaux.
Ajoutez les morceaux de carottes au lapin, puis le vin blanc. Laissez évaporer à feu vif (quelques minutes).
Ajoutez ensuite l’eau bouillante, le cube de bouillon, le thym et romarin frais et laissez mijoter 1h à 1h30 à feu moyen, en remuant régulièrement pour que les morceaux de lapin trempent bien dans le jus. Au bout de 40 minutes de cuisson ajoutez les morceaux de courgette et les pruneaux et mélangez.
Salez et rectifiez l’assaisonnement si nécessaire et servez.

Gyozas maison & bouillon asiatique

Nous avons tous eu un peu plus de temps pendant ce confinement, alors pourquoi ne pas l’occuper en cuisine ?! Et en réalisant des recettes que nous nous étions gardées de côté jusque-là, car jugées peut-être un peu longues ou compliquées.
Pour ma part j’en ai profité et pas qu’un peu : à partir de la deuxième semaine de confinement il n’y a pas un jour où je ne me suis pas mise un peu en cuisine, ne serait-ce au moins pour préparer une petite salade, et ce pour mon plus grand plaisir.

En regardant quelques Replay de « Très très bon » sur Paris Première, ma maman n’arrêtait pas de saliver sur les gyozas ; vous connaissez ces petits raviolis japonais ?
J’ai donc fini par regarder des recettes, au début juste par curiosité, puis je me suis dit « et pourquoi pas, ça ne doit pas être si compliqué ». En effet ce n’est pas très compliqué, par contre je ne vous cacherais pas que c’est assez long… J’ai dû passer en tout 4 à 5 heures en cuisine pour toutes les préparations !
Mais le résultat est là et mes parents se sont régalés, et c’est celà le plus important.
J’ai préparé deux farces différentes, une assez traditionnelle au porc et avec les légumes de saison trouvés en confinement, et une végétarienne.
Pour accompagner j’ai préparé un bouillon très savoureux aux notes asiatiques évidemment.
Pour au moins 75 gyozas :
Pour la pâte à gyoza :
300g de farine (ici semin complète BIO T110 car je n’ai trouvé que celà, mais avec de la farine blanche standard c’est l’idéal)
190g d’eau tiède
1/2cc de sel
Pour la farce au porc :
110g de farce de porc (en direct du petit boucher du village)
1/2 poireau
1 petite carotte
1/4 d’oignon
1 gousse d’ail
3cm de gingembre
2cs de sauce soja
herbes du jardin : menthe, ciboulette, coriandre
sel, poivre
Pour la facre végétarienne :
1 poireau
1 petite carotte
2 champignons de Paris (ce n’est pas très asiatique mais je vous l’ai dit j’ai fait avec les produits frais d’ici, vous pouvez mettre des shitakés pour rester dans le thème)
1/4 d’oignon
1 gousse d’ail
3cm de gingembre
2cs de sauce soja
herbes du jardin : menthe, ciboulette, coriandre
sel, poivre

Pour le bouillon asiatique d’accompagnement, la recette est par ici.

Commencez par préparer la pâte à gyozas.
Placez la farine et le sel dans un grand cul de poule et creusez un puits au centre. Versez l’eau tiède au centre et pétrissez pendant 5 bonnes minutes, jusqu’à obtenir une pâte homogène et bien lisse. Ne soyez pas inquiet si vous avez des grumeaux au départ, c’est tout à fait normal. Laissez la pâte reposer environ une heure à température ambiante.
Pendant que votre pâte repose, vous pouvez préparer la farce.

La confection de la farce à la viande et de la farce végétarienne est la même, seule changera l’ajout du porc ou des champignons à la fin.
Lavez les herbes fraîches et prélevez-en la quantité que vous souhaitez (selon vos goûts, pour ma part j’en ai mis beaucoup car j’adore celà !).
Lavez le poireau et coupez-le en deux dans la longueur puis en tronçons d’environ 3cm. Coupez grossièrement l’oignon.
Lavez la carotte, épluchez-la, puis râpez-la au robot.
Pelez l’ail et le gingembre et pressez-les à l’aide d’un presse-ail.
Placez tous les ingrédients, ainsi que la sauce soja, du sel et poivre, dans le bol du robot, muni de l’ustensile double-lame et hachez le tout.
Pour la farce végétarienne, ajoutez à la fin les champignons de Paris lavés et hachez une dernière fois.
Pour la farce au porc, ajoutez à la fin la farce du boucher et mélangez bien avec le reste des ingrédients.

Passons maintenant à la confection des gyozas. Pour former la pâte, deux techniques possibles : soit vous disposez d’une machine à pâte avec laquelle vous étalez des pâtons le plus finement possible, puis détaillez ensuite des ronds de 6 à 9cm de diamètre à l’emporte-pièce ; soit, comme moi, vous n’avez pas de machien à pâte et donc vous allez procéder à l’aide d’un rouleau à pâtisserie. Prélevez alors un boudin de pâte et étalez-le le plus finement possible au rouleau à pâtisserie, sur le plan de travail fariné. Détaillez des ronds de 6 à 9cm (à l’emporte-pièce ou à l’aide d’un verre retourné). Déposez les ronds au fur-et-à mesure sur une feuille de papier sulfurisé, attention à ne pas faire la même bêtise que moi en les superposant car ils risquent de se coller les uns aux autres. Procédez de même jusqu’à épuisement de la pâte.
Il reste maintenant à garnir vos gyozas. Placez le rond de pâte entre le pouce et l’index ; à l’aide d’une cuillère à café, mettez de la farce au centre, dans le creux formé entre le pouce et l’index. Humidifiez très légèrement les bords de la pâte avec un peu d’eau froide.Formez des « volants » avec le côté du gyoza qui est vers vous, et soudez bien les bords. Continuez ainsi pour les autres gyozas, jusqu’à épuisement des ingrédients.
Faites de même avec les deux farces et réservez les gyozas au frais jusqu’à l’étape de cuisson.
Pour la cuisson, faites chauffer de l’huile d’olive dans une grande poêle à feu vif. Une fois bien chaude, placez les gyozas et faites griller 1 à 3 minutes de chaque côté (les yozas doivent être dorés). Versez ensuite de l’eau sur 1 cm (attention aux projections !), et couvrez. Laissez cuire à coeur environ 5 à 7 minutes, avant d’ôter le couvercle et de laisser l’eau complètement s’évaporer. Vous pouvez baisser le feu à moyen lors de cette étape afin d’éviter de brûler les gyozas. C’est prêt !

Les gyozas se dégustent tels quels avec de la sauce soja salée.
J’ai décidé ici de les accompagner d’un bon bouillon aux saveurs asiatiques, c’était un délice.

Bouillon aux saveurs asiatiques (pour accompagner des gyozas maison)

J’ai préparé ce délicieux bouillon pour accompagner mes gyozas « fait maison », mais vous pouvez le déguster seul il se suffit tout à fait à lui-même, tant il est savoureux.
Il sera aussi idéal en hiver lorsque vous avez envie de chaud mais pas forcément d’une soupe ou velouté de légumes un peu plus lourd.
Pour 4 personnes (1L de bouillon) :

1 carotte
1 poireau
2 champignons de Paris (ou shitaké pour faire plus asiatique)
1cm de gingembre frais
1 échalote
1cc de gingembre en poudre
5cs de sauce soja
herbes fraîches : menthe, ciboulette, coriandre
sel, poivre
huile d’olive

Emincez l’échalote. Coupez le morceau de gingembre en lamelles.
Epluchez et lavez la carotte, coupez-la en fines lamelles.
Dans une casserole faites revenir légèrement échalote, gingembre et carotte avec une cuillère à soupe d’huile d’olive et du sel.
Couvrez d’1L d’eau bouillante environ. Ajoutez les herbes fraîches lavées et grossièrement coupées (juste pour qu’elles libèrent de leurs saveurs, le bouillon sera filtré par la suite).
Laissez mijoter à tout petit feu et à couvert pendant 10 à 15 minutes, puis laissez refroidir la casserole avant de filtrer le bouillon à travers une passoire fine.
Conservez les carottes cuites pour les rajouter dans le bouillon filtré.
Réservez le bouillon.
Lavez et émincez le poireau. Faites-le suer dans une poêle avec un filet d’huile d’olive et une pincée de sel, jusqu’à ce qu’il soit tendre.
Lavez les champignons et émincez-les finement.
Un vingtaine de minutes avant de servir, réchauffez le bouillon à feu moyen. Ajoutez-y les poireaux cuits, les carottes récupérées de la permière cuisson et les champignons émincées. Ajoutez la sauce soja et le gingembre en poudre, quelques herbes fraîches ciselées si vous le souhaitez et portez à petits bouillons 3 à 5 minutes.
Servez bien chaud.

Lasagnes « traditionnelles » – de confinement

Je vous avais évidemment déjà proposé une recette de lasagnes bolognaise sur mon blog, mais comme j’ai profité d’être à Bordeaux en confinement j’ai pris le temps et le plaisir d’en refaire ici pour le plus grand plaisir de mes parents.
Pour 6 personnes :

une quinzaine de feuilles de lasagne sèches
500g de viande de bœuf hachée (mais possible de faire moitié boeuf et moitié veau)
1 oignon doux (ou demi s’il est très gros)
2 belles carottes
2 tomates
1 conserve de tomates pelées
1 petite boîte de concentré de tomate
60g de comté râpé
30g de parmesan râpé
sel, poivre
huile d’olive
Pour la béchamel :
70g de farine
70g de beurre
50cL de lait
muscade, sel, poivre

Lavez et coupez les tomates en dés. Epluchez les carottes et coupez-les en fines rondelles.
Émincez finement l’oignon et faites-le revenir dans une poêle avec une cuillère à soupe d’huile d’olive. Ajoutez les carottes et mélangez. Une fois le tout légèrement coloré et tendre, coupez le feu.
Dans une autre poêle, saisissez juste quelques minutes la viande hachée avec une cuillère à soupe d’huile d’olive et du sel. Baissez ensuite le feu et ajoutez les dés de tomates (avec leur jus), puis les tomates pelées (avec le jus également) et le concentré de tomates. Mélangez bien, poivrez et rectifiez l’assaisonnement si nécessaire.
Ajoutez le mélange oignons-carottes et laissez mijoter à couvert à feu doux pendant 5-10 minutes..

Préparez la béchamel (ma recette par ici) et réservez.

Préchauffez le four à 180°C.
Procédez maintenant au montage des lasagnes. Dans le fond d’un grand plat allant au four déposez une fine couche de béchamel. Recouvrez d’une couche de feuilles de lasagne et à nouveau une couche de béchamel (1/3 environ). Ajoutez la moitié du mélange bolognaise et parsemez de comté (envion 15g) et parmesan (la moitié). Recouvrez d’une couche de feuilles de lasagne, puis une couche de béchamel (1/3). Versez l’autre moitié de mélange bolognaise, parsemez de nouveau de comté (15g) et parmesan (l’autre moitié), puis recouvrez de feuilles de lasagnes.
Etalez le reste de béchamel sur le dessus et parsemez le reste de comté râpé.
Enfournez et laissez cuire 30 à 40 minutes. Terminez la cuisson par quelques minutes en mode grill pour gratiner le tout et servez sans attendr avec une salade verte.

Biscuits aux carottes, cumin et parmesan

Avec les apéros d’été qui s’enchaînent vous avez besoin d’idées de recettes ?
Pour compléter tout mon catalogue de recettes de biscuits salés, voici les petits derniers : aux carottes râpées, cumin et parmesan. Un délice ! Et quasi sans matière grasse ajoutée, juste une lichette d’huile d’olive, que du bon.
Pour une cinquantaine de petits biscuits ;

2 carottes râpées (200g environ)
180g de farine
1 oeuf
2cs d’huile d’olive
100g de parmesan râpé
1cc de cumin en poudre
2cs  de cumin en grains

Versez tous les ingrédients sauf le cumin en grains et les carottes râpées dans un mixeur afin de mélanger l’ensemble. Hors du mixeur incorporez le cumin en grains et les carottes.
Formez des boudins avec la pâte. Enveloppez-les dans du film étirable et placez-les au frais ou au congélateur pour durcir (si vous voulez cette pâte se prépare très bien à l’avance et vous pouvez congeler les boudins jusqu’au jour où vous en aurez besoin pour un apéro improvisé).

Préchauffez le four à 180°C.
Sortez les boudins du frais, retirez-les du film et découpez des rondelles de 0,5 cm d’épaisseur. Déposez-les sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé.
Enfournez pour 15 minutes environ (en les retournant à mi-cuisson) jusqu’à ce que les biscuits soit dorés. Laissez tiédir légèrement sur une grille et servez tièdes de préférence.

Conservez ces biscuits dans une boîte hermétique et au moment de les servir passez-les au four 5 minutes.

Cake à la carotte, beaufort et graines de courge

Un cake est fondant, équilibré, au bon goût de carotte, un peu de gourmandise apportée par le beaufort et du croquant avec les graines de courge. Et tout ça avec très peu de matière grasse, juste du lait.

Je me suis inspirée ici d’une première recette de cake réalisée ici : un cake carotte et piment d’espelette.

Pour un moule a cake :

350g de carottes épluchées
1cs d’huile d’olive
100g de farine blanche
50g de farine de sarrasin
50g de farine aux céréales
150g de beaufort
1/2 paquet de levure chimique
4 œufs
160g de lait
50g de graines de courge
sel, piment d’espelette

Préchauffez le four à 200˚C.
Lavez et épluchez les carottes. Râpez-les finement au robot faites-les revenir dans une poêle avec une cuillère à soupe d’huile d’olive pendant une dizaine de minutes lui réservez.
Enrobez alors les carottes avec les farines mélangées à la levure, le sel et une petite cuillère de piment d’espelette.

Incorporez les œufs, le lait, puis le beaufort coupé en petits dés et versez la pâte dans un moule à cake (en silicone ici). Enfournez à 200°C 40 minutes.

Laissez refroidir sur une grille et dégustez tiède ou froid.

Baby carrot cake healthy aux noix, gingembre et dattes 

Des carrot cake en version mini et ultra healthy (seulement 2 cuillères à soupe d’huile d’olive) qui ont eu un vif succès auprès de tous ceux à qui j’ai fait goûter. Parfumés au goût délicat du gingembre et des épices, un peu de croquant avec les noix et du moelleux entre la texture du muffin et les dattes.

Pour 12 carrot cake de taille muffins :

375g de carottes râpées
190g de farine
65g de flocons d’avoine
60g d’amande en poudre
1/2cc de bicarbonate de soude
1/2cc de levure
2cc de gingembre en poudre
1/2cm de gingembre frais râpé finement
80g de sucre roux (mais 65f auraient suffi, lorsque j’ai goûté la pâte crue j’ai eu peur que ce soit trop fade mais une fois cuit c’était un chouilla sucré pour moi)
3 œufs
le jus d’un demi citron et le zeste entier râpé finement
200g de compote de pomme
60g de lait (végétal ou non)
2cs d’huile d’olive
100g de dattes dénoyautées (ou raisins secs ou cranberries)
50g de noix concassées

Préchauffez le four à 180°C.

Mélangez la farine, la poudre d’amande, les flocons d’avoine, le bicarbonate, la levure et les gingembres.
Prélevez le zeste du citron et râpez-le à l’aide d’une râpe fine. Pressez une moitié du citron et réservez le jus.
Coupez les dattes en morceaux.
Dans un récipient, battez le sucre avec les œufs. Ajoutez le jus et les zestes de citron,, l’huile d’olive, la compote, le lait et les carottes râpées en mélangeant bien entre chaque ajout d’ingrédient.
Incorporez le mélange farine / poudre puis les dattes et les noix.
Versez dans des moules à muffins (ou deux moules à cake) en silicone ici. Enfournez et cuisez 20 minutes pour de petits muffins, 30 pour des plus gros et 40 à 45 minutes si c’est une version cake.
Laissez refroidir sur une grille et dégustez enfin.

Quiche aux carottes, châtaigne & fêta sur pâte brisée à l’huile d’olive et farine de sarrasin

Depuis ma dernière quiche aux courgettes et fêta sur une pâte à la farine de sarrasin que j’avais beaucoup appréciée, j’avais bien envie d’en refaire avec cette même base de pâte mais d’autres garnitures. La voici donc en version plus automnale avec des châtaignes et carottes.

Pour 6-8 personnes :
Pour la pâte :
100g de farine
100g de farine de sarrasin
4cL d’huile d’olive
80mL d’eau
1cc de sel
Pour l’appareil :
4-5 carottes
170g de féta
200g de châtaigne (en conserve ici)
5 œufs
40cL de lait
1cm de gingembre
1/2cm de piment
huile d’olive
sel, poivre

Commencez par préparer la pâte à tarte.
Dans un saladier mélangez les farines et le sel, creusez un puits et versez-y l’huile d’olive et l’eau (si la pâte est trop friable, rajoutez de l’eau). Avec une cuillère en bois mélangez grossièrement puis pétrissez la pâte avec les mains jusqu’à ce qu’à formation d’une boule qui n’accroche pas aux parois. Placez dans un film alimentaire au frais pendant 30 minutes environ.

Préchauffez le four à 200°C.
Lavez les carottes, épluchez-les et découpez-les en rondelles. Epluchez et émincez le morceau de gingembre et coupez très finement le piment. Placez le tout dans un plat allant au four avec 1 à 2 cs d’huile d’olive, du sel et poivre. Faites cuire au four pendant une trentaine de minutes et réservez.
Battez les oeufs, ajoutez le lait, du sel et du poivre et battez le tout.
Découpez la fêta en petits morceaux.

Préchauffez le four à 200˚C.
Au rouleau à pâtisserie, étalez la pâte à tarte sur une feuille de papier sulfurisé farinée et foncez-en une moule à tarte. Piquez le fond de tarte.
Répartissez les carottes, les châtaignes et la fêta émiettée sur le fond de tarte.
Versez ensuite la préparation lait-oeuf.
Enfournez la tarte et laissez cuire pendant 35 minutes.
Dégustez tiède ou froide, avec une petite salade.

EnregistrerEnregistrer

Cake au yaourt, carottes et fêta

Une version de cake plus light qu’habituellement, un peu comme ma précédente aux courgettes et chèvre, toujours avec du yaourt qui apporte du moelleux et juste une cuillère d’huile pour la matière grasse.
A déguster tiède ou froid, en pique-nique ou avec une petite salade.

Pour 4 personnes :

100g de yaourt (maison ici)
75g de farine blanche
75g de farine de sarrasin
1cs d’huile d’olive
3 œufs
3 grosses carottes
200g de fêta
50g de parmesan râpé
1/2 sachet de levure
sel, poivre

Lavez les carottes, épluchez-les et coupez-les en rondelles. Faites-les cuire à la vapeur, dans une casserole d’eau bouillante ou au four.
Préchauffez votre four à 180°C.
Versez dans un saladier le yaourt. Ajoutez les œufs et mélangez bien. Incorporez les farines, la levure et le parmesan puis mélangez.
Versez l’huile, salez, poivrez puis mélangez jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène.
Découpez la fêta en petits cubes.
Incorporez les carottes cuites et la fêta dans la préparation.
Versez la préparation dans votre moule à cake (en silicone) et enfournez environ 40 minutes pour un grand cake.

Laissez tiédir pour démouler.

Carrot cake healthy, aux noix et graines de courge

Une version healthy du carrot cake ça existe, et c’est tout aussi gourmand je vous le promets. A tester d’urgence, ils sont ultra moelleux !

Pour 6 gâteaux individuels ou un moule à cake :

150g de farine
50g de flocons d’avoine mixés (réduits en farine)
1cc de bicarbonate de soude
1cc de levure chimique
1 pincée de sel
1cs de cannelle
1cc de gingembre en poudre
1cm de gingembre frais râpé très finement
80g de miel
1cs d’huile de coco bio
80mL de lait ou yaourt maison pour moi (car très liquide)
1 oeuf
100g de compote non sucrée
200g de carottes râpées
40g de noix concassées
20g de graines de courge

Préchauffez le four à 200°C.

Mélangez la farine, les flocons d’avoine, le bicarbonate et la levure. Ajoutez le sel et les épices. Faites fondre le miel et l’huile de coco dans un bol au micro-ondes, puis ajoutez-les. Mélangez, puis ajoutez le lait (ou yaourt), la compote et l’oeuf. Incorporez bien le tout. Ajoutez les carottes, les noix et les graines de courge.
Versez dans un moule à cake en silicone ou des moules à muffins, puis enfournez pendant 20 minutes en version individuel (35 à 30 minutes je pense pour une version cake).
Laissez les cakes refroidir complètement avant de les démouler.