Lasagnes de porc aux carottes, tomates et roquefort

En fouillant dans d’anciennes photos de nos voyages à travers le monde, mon mari est tombé sur de vielles photos que j’avais faites au début de mon blog ; mes lasagnes de porc aux épinards et roquefort lui ont mis l’eau à la bouche. Du coup il m’en a aussitôt réclamé !
Pour changer un peu ici, et n’ayant pas trouvé d’épinard, j’ai ajouté à la farce des petites carottes.
Lasagnes de porc, roquefort, carottes

Pour 4 à 6 personnes :

une douzaine de feuilles de lasagne
150g de roquefort
1kg de farce de porc (chair à saucisse par exemple)
1 boîte de 200g de pulpe de tomate
1 boîte de concentré de tomate
3 carottes
2 oignon
1 échalote
1 gousse d’ail
10cL de crème fraîche liquide (3% de MG)
100g de gruyère râpé
huile d’olive
sel, poivre

Épluchez les oignons, l’échalote et l’ail, puis coupez-les en petits morceaux. Faites-les colorer à feu moyen-fort dans une poêle avec un filet d’huile d’olive.
Epluchez les carottes et coupez-les en petits dés ou rondelles.
Une fois les oignons tendres et colorés, ajoutez les carottes. Laissez cuire pendant une dizaine de minutes à feu moyen en remuant régulièrement.
Ajoutez ensuite la farce et saisissez le tout à feu fort en mélangeant. Baissez ensuite le feu, salez et ajoutez la pulpe et le concentré de tomate, mélangez et laissez mijoter à feu moyen 10 minutes environ. Coupez le roquefort en dés et ajoutez-les au mélange. Rectifiez l’assaisonnement si besoin (sel, poivre).

Préchauffez le four à 180°C.
Montez les lasagnes de la manière suivante : répartissez un filet de crème liquide dans le fond du plat, recouvrez ensuite de feuilles de lasagne puis d’une couche de viande avec sa sauce (la moitié du mélange). Recouvrez d’une seconde couche de lasagne, superposée du reste de viande. Terminez par une dernière couche de lasagne, parsemez de gruyère râpé et du reste de crème fraîche (pour éviter le dessèchement des feuilles il faut de la crème sur toutes les feuilles de lasagnes).
Enfournez pour 20 minutes environ. Terminez la cuisson en mode grill 3 minutes pour gratiner légèrement.
Servez bien chaud avec une salade verte.

Gratin de pâtes aux légumes & mozzarella

Pour cette Escapade en cuisine de juillet, j’ai eu l’occasion de visiter de nouveau le blog de Boomy. Et c’est Valérie qui venait piocher une recette chez moi.
J’ai choisi ce gratin de pâtes assez simple et j’ai simplement remplacé la mimolette par de la mozzarella car c’est ce que j’avais dans le frigo. Mais le résultat était bien sympathique. Et comme j’ai préparé ce gratin au moment de la canicule de début juillet, nous avons testé une dégustation chaude et une froide et toutes deux se sont avérées convaincantes.
Gratin de pâtes, légumes et mozzarella

Pour 3-4 personnes :

200g pâtes crues
1 cs d’huile d’olive
600g de courgettes
300g de champignons frais
450g de tomates
1cc de sucre semoule
1 petit oignon
500g de coulis de tomate
125g de mozzarella
sel, poivre

Faites cuire les pâtes dans une casserole d’eau bouillante salée.

Pendant ce temps émincez l’oignon, coupez la courgette en 2 dans la sens de la longueur puis en demi-rondelle
Faites chauffer l’huile dans une sauteuse et faites-y revenir l’oignon, puis la courgette, et les tomates coupées en dés tout en remuant.
Ajoutez ensuite le coulis de tomates, les champignons nettoyés et coupés en lamelles, le sucre, le sel et le poivre. Mélangez bien le tout et laissez cuire.

Préchauffez votre four à 180°.
Une fois les pâtes cuites égouttez-les et étalez-en la moitié dans un plat à gratin. Une fois les légumes cuits répartissez-en la moitié sur les pâtes. Recommencez l’opération avec le reste de pâtes puis le reste de légumes.
Découpez la mozzarella en lamelles et répartissez-les sur le gratin.
Enfournez pour 10 minutes puis augmentez la température du four à 210°C et poursuivez la cuisson 10 minutes.

Si vous dégustez chaud servez immédiatement. Sinon laissez refroidir.

Tofu aux épinards, noix de cajou et riz rouge

Il y a quelque temps j’avais vu passer une recette de pilaf d’épinards aux noix de cajou et cela m’avait donné quelques idées pour mes repas. Et voilà ce qui est ressorti de mon inspiration un jour de retour de mes courses avec une livre d’épinards dans le panier.
Riz rouge au tolu, épinards & noix de cajou

Pour une personne :

200g d’épinard frais
100g de tofu ferme
100g de riz rouge cuit (ou blanc)
une grosse poignée de noix de cajou
huile d’olive, citron
sel, poivre

Lavez les feuilles d’épinard et retirez les tiges trop grosses. Essorez ensuite les épinards.
Coupez le tofu en dés et faites les revenir dans une poêle avec une goutte d’huile d’olive. Ajoutez ensuite les feuilles d’épinard, salez et remuez jusqu’à ce que les feuilles soient tendres. Ajoutez le riz rouge cuit (et de préférence encore chaud), les noix de cajou (en en réservant quelques-unes pour la déco), poivrez et mélangez.

Servez chaud avec un filet de citron et les noix de cajou restantes.

Lasagnes de porc aux endives, champignons et bleu d’Auvergne

Cela fait très très longtemps que je ne vous ai pas proposé des lasagnes, et l’envie m’est venu assez subitement.
Celles-ci je les ai totalement improvisées dans ma tête en faisant les courses un soir de semaine et je les ai préparées immédiatement en rentrant. C’est mon mari qui était content de les dévorer en rentrant de sa journée de boulot !
Assez rapide à préparer et surtout pas compliqué, n’hésitez pas à improviser vous aussi.
Lasagnes de porc aux endives, champignons & bleu d'Auvergne
Pour 6 personnes environ (un peu moins si vous avez des gourmands comme mon mari)  :

une douzaine de feuilles de lasagne
2 grosses endives (ou 3 normales)
150g de bleu d’Auvergne coupé en petits dés
900g de farce de porc
230g de champignons de Paris égouttés en conserve
2 échalotes
2 gousses d’ail
1 cs de maïzena
20cL de crème fraîche liquide (3% de MG)
70g de gruyère râpé
huile d’olive
sel, poivre

Lavez les endives, et essorez-les. Découpez-les en lanières et réservez.
Épluchez et émincez les échalotes et l’ail. Faites-les colorer à feu moyen-fort. Une fois les échalotes tendres et colorées, ajoutez la farce. Saisissez le tout à feu fort en mélangeant puis diminuez le feu. Salez, poivrez.
Une fois la viande presque cuite ajoutez les champignons égouttés, les endives et les dés de bleu. Laissez mijoter 5 minutes. Si le mélange a rendu trop de liquide ajoutez simplement 1 cuillère à soupe de maïzena et mélangez.

Préchauffez le four à 180°C.
Montez les lasagnes de la manière suivante : répartissez un tiers de la crème liquide dans le fond du plat, recouvrez ensuite de feuilles de lasagne puis d’une couche de farce cuisinée (la moitié du mélange). Recouvrez d’une seconde couche de lasagne, d’une fine couche de crème, puis du restant de farce. Terminez par une dernière couche de lasagne, parsemez de gruyère râpé et du reste de crème fraîche (pour éviter le dessèchement des feuilles il faut de la crème sur toutes les feuilles de lasagnes).
Enfournez pour 20-25 minutes environ. Terminez la cuisson en mode grill 3 minutes pour gratiner légèrement.
Servez bien chaud avec une salade verte.

Gnocchi de céleri rave à la fourme d’Ambert, parmesan et noix

Comme promis, après mes gnocchis de céleri rave accompagnés d’une sauce aux bolets, cèpes, parmesan et noisettes, les voici mais avec une sauce à la fourme d’Ambert et aux noix. Toujours un délice.
Gnocchis de céleri, sauce à la fourme d'Ambert, parmesan et noix

Pour la recette des gnocchis je vous renvoie par ici
Pour la sauce (pour une portion) :
40g de fourme d’Ambert
40g de lait
40g de parmesan
1 échalote
quelques noix concassées pour le dressage
parmesan en copeaux pour le dressage
huile d’olive
sel, poivre

La sauce : épluchez et émincez les échalotes et l’ail, versez-les dans une casserole avec un filet d’huile d’olive.
Faites rissoler à feu moyen en remuant de temps en temps, jusqu’à ce que l’échalote devienne translucide. Ajoutez les la fourme coupée en petits dés et le lait et laissez fondre 5 minutes environ. Ajoutez le parmesan et laissez de nouveau 5 minutes à feu très doux en mélangeant régulièrement.

Servez cette sauce sur les gnocchis bien chauds. Parsemez sur le dessus les cerneaux de noix et les copeaux de parmesan.

Sauce à l’avocat pour accompagner et sublimer de simples pâtes

Je raffole des avocats, ce fruit (et oui c’est un fruit) riche, goûteux, onctueux et sain. A manger à la petite cuillère avec un filet de citron tout simplement ou bien à décliner en sauce, en tartinade (guacamole par exemple), en soupe froide, en verrines apéritives,  mais pourquoi pas également en sucré avec plusieurs recettes que j’ai déjà pu vous proposer : gâteau à l’avocat et graines de pavot et son glaçage à l’avocat, gâteau à l’avocat et pépites de chocolat, gâteau à l’avocat-pavot et glaçage à la banane, soufflé à l’avocat et son coeur coulant de chocolat.
Ici c’est une sauce à l’avocat très simple à réaliser mais qui saura sublimer de simples pâtes, avec une petite tranches de saumon fumé.
Sauce à l'avocat

Recette pour une portion de pâtes :

1 avocat bien mûr
le jus d’un demi citron (vert ou jaune à votre convenance)
quelques gouttes de tabasco
1cc de fromage blanc à 0 %
2cs de lait
sel, poivre

Epluchez l’avocat et réduisez la chair en purée avec un mixeur. Ajoutez le jus du citron, et le reste des ingrédients. On doit arriver à la consistance d’une mayonnaise légère.
Goûtez et rectifiez l’assaisonnement.
Pour éviter que la sauce noircisse si vous ne la servez pas tout de suite, il faut la couvrir et la mettre au réfrigérateur jusqu’au moment de servir.
Servez sur un plat de pâtes bien chaudes.

Gnocchi de céleri rave aux cèpes, bolets, crème de parmesan et noisettes grillées

Après mes expériences plutôt concluantes de gnocchis de patate douce aux zestes de citron et épices et ensuite ceux à la châtaigne avec une crème de gorgonzola et poire, me voilà partie dans une nouvelle recette : au céleri. Le tout accompagné ici d’une sauce aux champignons (cèpes et bolets) et parmesan. Et comme il m’en restait que j’ai congelé je vous proposerai bientôt une sauce à la fourme d’Ambert…
Toutes ces idées et recettes sont inspirées de Sylvia dont j’ai découvert le blog récemment qui me plaît beaucoup : j’y ai déjà noté plein de bonnes choses à tester bien vite !
Gnocchi céleri,champignons, parmesan,

Pour une cinquantaine de gnocchis (4 personnes environ) :

500g de pommes de terre
500g de céleri rave
300g de farine
Pour la sauce :
200g de champignons mélangés surgelés (cèpes et bolets ici)
2 échalotes
2 gousses d’ail
30 à 40cL de lait
100g de parmesan
noisettes grillées
huile d’olive

Le céleri rave : portez à ébullition de l’eau salée dans une casserole. Entre temps, épluchez le céleri rave et coupez-le en dés.
Dés l’ébullition de l’eau, versez-y les dés de céleri rave et faites-les cuire 10 minutes, jusqu’à ce qu’ils soient tendres. Puis égouttez-les et laissez-les refroidir. Ensuite passez-les dans un moulin à légumes (ou au mixeur) pour les réduire en purée.
Versez la purée de céleri-rave obtenue dans une passoire avec une assiette creuse en dessous et laissez-la dégorger à ce qu’elle perd un maximum d’eau.

Les pommes de terre : lavez et épluchez les pommes de terre, coupez-les en deux et faites-les cuire dans une casserole d’eau bouillante salée pendant 10-15 minutes, jusqu’à ce qu’elles seront tendres (vérifiez-en la cuisson en les transperçant avec la pointe d’un couteau, si elle s’enfonce les pommes de terre sont cuites).
Une fois cuites égouttez-les et laissez-les tiédir. Puis écrasez-les dans un saladier avec un presse-purée.

Les gnocchi : versez la purée de pomme de terre et la purée de céleri-rave dans un saladier, ajoutez-y la farine puis pétrissez le tout avec vos mains, jusqu’à ce obtenir une pâte lisse.
Farinez légèrement votre plan de travail, puis peu à peu prélevez des bouts de pâte, transférez-les sur le plan de travail et avec vos mains farinées roulez-les un par en des boudins d’environs 1,5 cm de diamètre.
Avec un couteau coupez ensuite les boudins de pâte dans le sens de la largeur pour obtenir des morceaux de 2 cm de longueur.
Si vous en avez la patience et le temps déposez chaque morceau sur les dents d’une fourchette et roulez-le pour obtenir les fameuses rayures des gnocchi.
Au fur et à mesure, déposez les gnocchi ainsi obtenus sur un torchon propre et légèrement fariné (prévoir plusieurs torchons).

La sauce : épluchez et émincez les échalotes et l’ail, versez-les dans une casserole avec un filet d’huile d’olive.
Faites rissoler à feu moyen en remuant de temps en temps, jusqu’à ce que l’échalote devienne translucide. Ajoutez les champignons surgelés et faites revenir une dizaine de minutes.
Une fois les champignons bien décongelés, ajoutez le lait et le parmesan et laissez réduire et épaissir légèrement la sauce en mélangeant de temps en temps.

Cuisson des gnocchi et finition du plat : faites bouillir un grand volume d’eau dans une casserole.
Dès l’ébullition, salez l’eau et versez-y les gnocchi peu à peu (pas tous ensemble pour ne pas le faire coller).
Quand ils remontent à la surface de l’eau (environ 1 à 2 minutes), récupérez-les au fur et à mesure avec une écumoire et disposez-les dans la poêle avec la sauce aux cèpes.
Quand tous les gnocchi seront dans la poêle, allumez le feu (doux) et remuez délicatement les gnocchi pour les faire bien amalgamer à la sauce.

Répartissez les gnocchi dans des assiettes, saupoudrez-les avec les noisettes grillées et des copeaux de parmesan et servez aussitôt, bien chaud.

Tagliatelles au saumon fumé, sauce aux cèpes, bolets et mascarpone

Voici la recette que j’ai improvisée pour notre dîner de réveillon « sur le pouce » avec mon mari. C’est un plat très simple à faire, pas bien cher mais qui fera son effet aussi bien en visuel qu’en goût. Un petit délice pas trop lourd à digérer, idéal après une petite entrée de foie gras sur pain d’épices, et à faire suivre par un tiramisu à la crème de marron et poires
Tagliatelles saumon fumé champignons

Pour 2 personnes :

7-8 nids de tagliatelles
8 petites tranches de saumon fumé
250g de mélange de champignons surgelés (ici cèpes et bolets)
100g de mascarpone
6-8cL de lait
40g de parmesan
5cL de vin blanc sec
sel, poivre
mâche pour servir

Préparez la sauce en plaçant les champignons surgelés à feu vif dans une petite poêle anti-adhésive. Remuez de temps en temps pour ne pas que ça attache. Une fois les champignons cuits baissez le feu et déglacez au vin blanc. Ajoutez ensuite la mascarpone et le lait et laissez mijoter très légèrement en délayant la mascarpone. Réservez.

Faites cuire les tagliatelles dans une grande casserole d’eau bouillante salée et huilée.
Quelques minutes avant la fin de la cuisson, réchauffez la sauce et ajoutez-y le parmesan râpé. Mélangez et rectifiez l’assaisonnement.
Egouttez les pâtes et huilez-les légèrement pour ne pas qu’elles collent. Dressez-les dans les assiettes, recouvrez de sauce aux champignons, puis déposez en étoile les tranches de saumon fumé. Au centre, déposez un nid de mâche.

Servez aussitôt et dégustez avec un verre de vin blanc sec ou un vin rouge léger.
Bon appétit !!!

Noix de Saint Jacques poêlées, risotto crémeux au chorizo croustillant

Avant de vous proposer cette recette festive, j’espère que vous avez tous passé un très bon Noël, que vous avez profité de vos proches, famille et amis.

L’année 2014 touche à sa fin, et il vous reste un repas de fête encore à concevoir (ou tout simplement à déguster pour certains qui « souffleront » pour ce soir là). J’ai donc pensé à vous en vous proposant ici une recette qui a ravi toutes les papilles de ma petite famille le soir de Noël.

Lorsque ma maman m’a demandé des idées de recettes et menus pour le repas de Noël, l’envie de Saint Jacques m’est tout de suite venue ; mais pas cuisinées comme elle a l’habitude de les le faire souvent c’est-à-dire poêlées avec une fondue de poireaux (très bon cela dit en passant). J’avais souvenir d’une association chorizo-cabillaud qui avait fait ses preuves il y a quelques temps dans ma cuisine et j’ai eu envie de la décliner ici avec des Saint Jacques.

Il restait alors à trouver l’accompagnement…
Adorant les risottos et ayant la ferme intention d’en faire un depuis au moins 2 mois (mais à chaque fois que j’y songeais je trouvais une autre bonne idée de recette à tester, le risotto n’avait donc toujours pas été réalisé), la garniture de ces Saint Jacques a été vite trouvée, en agrémentant un risotto crémeux avec des morceaux de chorizo croustillants.

L’association chorizo-fruits de mer a de nouveau été une réussite, et le risotto a très bien accompagné le tout. En plus cette recette peut être préparée en grande partie à l’avance pour ne pas vous retrouver coincée en cuisine pendant une heure avant de passer à table.

Saint Jacques risotto chorizo

Pour 8 personnes :
Pour le risotto :
500g de riz arborio
300g de chorizo de bonne qualité (pas trop fort sinon le goût prendra trop le dessus) coupé en petits cubes
une vingtaine de tranches fines de très bon chorizo (pour faire des « chips »)
1 oignon
1 échalote
1,5L de bouillon de volaille
15-20cL de vin blanc sec
100g de parmesan râpé
2 cuillères à soupe de crème fraîche épaisse
huile d’olive
sel, poivre
Pour les Saint Jacques :
35-40 Saint Jacques (en fonction de leur taille)
2 échalotes
huile d’olive
sel, poivre

Déposez les 20 tranches de chorizo sur la plaque du four recouverte de papier sulfurisé et enfournez dans le four en mode grill à 200°C pendant 5 minutes environ (surveillez bien la cuisson pour que les tranches ne dorent pas trop, elles doivent faire des chips de chorizo). Sortez le chorizo du four dès que les tranches sont grillées et réservez.

Préparez ensuite les noix de Saint Jacques.
Epluchez les échalotes et coupez-les en tout petits morceaux.
Dans une grande sauteuse faites revenir les échalotes dans un filet d’huile d’olive à feu vif, elles doivent juste colorer. Ajoutez ensuite les noix de Saint Jacques et saisissez-les de chaque côté pour qu’elles soient juste dorées. Salez et poivrez.
Si vous optez pour une préparation à l’avance, stoppez la cuisson des Saint Jacques, réservez-les dans un plat allant au four. Réduisez le jus de cuisson dans la poêle et conservez bien les sucs de cuisson avec les Saint Jacques.

Pour terminez la cuisson, glissez les Saint Jacques dans un four chaud (180°C) pendant 6 à 10 minutes (en fonction de leur taille). Vérifiez la cuisson des Saint Jacques en en coupant une en deux : le centre doit être blanc et plus du tout rosé. Si les Saint Jacques sont cuites mais pas assez chaudes (c’est ce qu’il s’est passé pour moi), glissez-les au micro-onde pleine puissance pendant 1 minute environ.

Suivez ensuite les instructions pour la préparation du risotto.
Préparez le bouillon dans une casserole, il doit être bien chaud, et essayez de le maintenir au chaud pendant toute la préparation du risotto.
Epluchez l’oignon et l’échalote et coupez-les en tout petits morceaux.
Dans un grand fait-tout, faites revenir l’oignon et l’échalote dans un filet d’huile d’olive à feu vif, puis rajoutez le riz. Quand il est translucide, versez le vin blanc et laissez absorber. Salez le riz.
A partir de là, baissez le feu (feu moyen) et versez le bouillon bien chaud louche après louche, remuez bien après chaque ajout puis couvrez le temps que le liquide soit absorbé.
Pendant ce temps faites revenir les cubes de chorizo dans une poêle à sec à feu vif, jusqu’à ce que les petits morceaux soient bien croustillants et grillés. Réservez-les.
Lorsque le riz est presque cuit (entre 15 à 20 minutes de cuisson) vous pouvez stopper la cuisson pour la reprendre juste avant de passer à table avec vos convives. Sinon poursuivez jusqu’à ce que le riz soit presque tendre, ajoutez alors le parmesan râpé, mélangez, puis ajoutez  les cubes de chorizo et mélangez de nouveau. Terminez le risotto en incorporant la crème fraîche pour obtenir un risotto bien crémeux. Goûtez et rectifiez l’assaisonnement si nécessaire.

Si vous aviez tout préparé à l’avance, procédez aux dernières étapes de la cuisson des Saint Jacques et du risotto à peu près en même temps.
Replacez également les tranches de chorizo au four pour les tiédir et les griller une dernière fois.

Dressez le risotto dans les assiettes, deux chips de parmesan sur le dessus et 4 noix de Saint Jacques tout autour.
Dégustez immédiatement, bien chaud, accompagné d’un verre de vin blanc ou d’un vin rouge léger.

Gnocchis de châtaigne à la crème de gorgonzola et poires

Depuis mon test assez concluant des gnocchis à la patate douce, j’ai envie de tester avec d’autres légumes et ingrédients. Lorsque j’ai découvert les recettes de Sylvia, j’ai eu envie de tout goûter et tout tester !!

Mais comme il a bien fallu faire un choix et qu’avec le froid et l’hiver j’aime bien profiter des recettes à base de châtaigne, j’ai commencé par tester les gnocchis de châtaigne, avec une sauce ultra gourmande au gorgonzola et poire. Un délice et un mariage idéal entre ces trois saveurs. Le seul bémol c’est que les gnocchis avaient un peu de mal à se tenir après cuisson, ils s’émiettent un peu mais sinon gustativement j’étais plutôt satisfaite.
Gnocchis châtaigne gorgonzola poire

Pour 2 personnes si servi en plat unique (pour 3-4 si c’est un accompagnement) :
Pour les gnocchis :
420g de châtaignes cuites (en bocal ici)
180g de pommes de terre à chair farineuse (cuites à l’eau ici)
40g de farine de châtaine ici (+ de la farine blanche pour le plan de travail)
2 jaunes d’oeufs
sel, poivre
Pour la crème de gorgonzola et poire :
200g de gorgonzola
1 poire (Comice ou Conférence)
10cl de lait (ou de crème liquide si vous aimez les sauce riches)
sel, poivre

Commencez par préparer les gnocchis.
Ecrasez les pommes de terre cuites et les châtaignes avec une fourchette (ou mixez au robot) et versez la purée obtenue dans un saladier. Ajoutez la farine, une belle pincée de sel et les jaunes d’oeufs.
Du bout des doigts, pétrissez la pâte obtenue quelques minutes pour la rendre lisse et homogène, puis façonnez-la en boule. Farinez le plan de travail, puis réalisez des boudins d’environs 1 cm d’épaisseur, en prélevant à chaque fois des petits morceaux de pâte. Roulez les boudins dans la farine et coupez-les en morceaux d’environ 1 cm à l’aide d’un couteau. Poursuivez l’opération jusqu’à épuisement de la pâte et déposez les gnocchis sur une assiette couverte de papier sulfurisé. Réservez au frais jusqu’à la cuisson.

Préparez maintenant la sauce.
Coupez le gorgonzola en morceaux et disposez-les dans une casserole. Ajoutez-y le lait, et un peu de sel et poivre. Lavez la poire (pelez-là si vous préférez) et coupez-la en petits dés. Ajoutez la moitié des dés de poire aux ingrédients dans la casserole. Assaisonnez avec un peu de jus de citron les restants dés de poire pour ne pas la faire noircir et réservez-les dans une petite assiette. Placez la casserole sur feu doux et faites cuire la sauce jusqu’à ce que le gorgonzola et soit fondu. Laissez la sauce sur le feu jusqu’à ce qu’elle épaississe légèrement.

Avant de passer à table, passez à la cuisson des gnocchis.
Portez à ébullition de l’eau dans une casserole, salez-la, puis plongez-y les gnocchis peu à peu. Dès qu’ils remontent à la surface de l’eau, récupérez-les avec une écumoire, égouttez-les et déposez-les dans les assiettes.

Pour le service, saupoudrez les dés de poire précédemment réservés sur les gnocchis, ajoutez la sauce bien chaude et servez aussitôt.