Vadrouille culinaire en Turquie (2) : les boissons 

Après mon article sur le kahvalti (petit-déjeuner) turc, voici un petit aperçu des boissons locales 🙂

Contrairement à ce que beaucoup d’entre nous peuvent penser (et moi la première), le Türk kahve (café turc) n’est pas la boisson la plus courante et consommée en Turquie. Ce Türk kahve, fort et épais, se boit en quelques gorgées. Il est servi avec un petit verre d’eau, à boire avant, pour nettoyer le palais et profiter de ses saveurs. Un petit loukoum accompagne également souvent votre café.
Türk kahve

En ayant goûté un je n’ai pas trouvé ça mauvais, plutôt amusant à déguster.

La boisson chaude nationale est en fait le çay (thé). Il est servi dans ces petits verres en verre avec une jolie petite cuillère. Ce çay est souvent assez fort, mais vous pouvez le diluer avec un peu d’eau chaude ou l’adoucir avec du sucre.
çayPour ma part j’en ai dégusté un certain nombre et à chaque voir il était bien bon.

L’ayran est une boisson rafraîchissante totalement nouvelle pour moi, c’est un mélange de yaourt frais (de chèvre ou de brebis), d’eau et de sel. Les turcs en boivent souvent lors du repas pour accompagner leur kebabs. J’avoue en avoir bu pas mal pendant ce séjour car je suis tombée amoureuse de cette boisson et je vais bien vite essayer de la faire.
AyranEtant donné la consommation des turcs elle est totalement industrialisée et vous en trouverez dans toutes les supérettes, mais vous en trouverez facilement du fait maison qui s’est avéré vraiment délicieux ; et comme j’aimais beaucoup la petite tasse dans laquelle il était servi j’en ai négocié une dans un des restaurants où je l’ai dégusté.
Ayran 2

Concernant l’alcool (bah oui quand même il ne faut pas se laisser abattre et songer à l’apéro !), la bira (bière) turque la plus courante est l’Efès. Une bière blonde plutôt douce que vous trouvez dans toutes les supérettes et qui est servie dans tous les bars. Nous en avons même trouver en canette d’1 litre (du jamais vu pour nous en France).
Bière turque Efès

En ce qui concerne les sarap (vins), ils sont assez chers. Nous avons essentiellement goûté des kirmizi sarap (vins rouges), dont un de la région de Cappadoce qui s’est avéré être le meilleur de ceux que nous avons goûté.
Vin de Cappados

L’alcool national reste le raki, un alcool à l’anis, mais je ne peux pas vraiment vous en parler car n’aimant pas ça nous n’en n’avons pas consommé.

Et voilà pour les boissons. Et pour très vite je prépare le meilleur de la Turquie : tout le miam que nous avons pu déguster là-bas !!

Vadrouille culinaire en Turquie (1) : le Kahvalti (petit-déjeuner)

Je suis un peu paresseuse et en retard car je ne vous ai toujours pas fait partager mes découvertes culinaires du Vietnam ; c’est que ça commence à dater, c’était en novembre 2014. Mais comme me voici de retour d’un très beau voyage en Turquie et motivée à vous conter mes découvertes, je vous divulgue dès à présent un premier article pour vous faire découvrir ce pays (enfin une partie) ainsi que toutes mes petites trouvailles culinaires et vous mettre les papilles en émulation : aujourd’hui parlons du türk kahvalti ou petit-déjeuner turc.

Après un atterrissage à Istanbul nous voilà arrivés, mon mari et moi, au petit hôtel Ahmet Efendi Evi style Bed & Breakfast en plein Sulthanamet mais très au calme (le quartier avec notamment La Mosquée Bleue, le palais de Topkapi, la mosquée Sainte Sophie). Une toute petite chambre pleine de charme au dernier étage avec une petite terrasse idéale pour les apéros à la bière locale, Efès, ou au vin turc.

Première découverte culinaire du coup dès le lendemain matin avec le kahvalti (« petit-déjeuner » typique des turcs). Celui-ci se compose d’ekmek (pain blanc, parfois fait maison), accompagné d’olives (noires et vertes), de concombre et tomate, d’une tranche de beyaz peynir (fromage salé, de brebis ou de chèvre), de confitures (maison si possible) et de miel. Souvent vous trouverez des œufs (nous ne les avons jamais eu sous la même forme : omelette, œufs au plat, œufs durs). Et enfin une pâtisserie salée type börek ou sigara böregi (pâtisserie frite roulé en cigare, à base de pâte filo et souvent farcie au fromage). Ce petit-déjeuner est bien évidemment accompagné du traditionnel çay (le thé turc).

Bref un petit-déjeuner très complet comme vous pouvez le constater, idéal pour démarrer une bonne journée touristique.

Voici quelques photos de nos bons kahvalti dégustés dans nos différents hôtels.

– Le meilleur pour moi et le plus garni était celui dégusté en Kapadokya (région de la Cappadoce) à Walnut House (notre hôtel très mignon, avec un staff adorable).
Petit-déjeuner Kappadokya 1Sous forme de buffet ce petit-déjeuner était un délice et une mine d’or de découvertes : des confitures maisons à profusion (fraise, framboise, mûre, orange, abricot, cerise pour les plus courantes, bergamote et rose pour les moins connues ; j’ai d’ailleurs eu une si agréable surprise pour celle à la rose que nous avons demandé à notre gentil hôte de lui en acheter un peu :-), j’en ai donc un pot !!!), du miel solide sous sa forme brute avec les alvéoles, à déguster par exemple dans un fromage blanc délicieux. De nombreuses variétés de fromages et fromages blancs, à accompagner des confitures maison. Des petits biscuits secs salés ou sucrés, des jus de fruits frais…
Petit-déjeuner Kappadokya 2
IMG_0694

– Un différent mais tout aussi délicieux avec tout fait maison, celui préparé et servi à table par notre adorable hôte du Silva Oliva sur le Lac de Bafa. Avec un plus ici pour le pain fait maison délicieux.
J’en profite pour vous dire en passant que cet endroit et cet hôtel étaient un véritable petit coin de paradis, tellement paisible, beau, magique (seul bémol pour les moustiques touts la nuit).
Petit-déjeuner Lac Bafa

– Un autre encore ici très sympathique avec les sigara böregi, une bonne petite omelette et des petites saucisses. Il nous a été servi à Cesme dans notre petit hôtel Erenotel.
Petit-déjeuner turque Cesme
Petit déjeuner turc Cesme 2

Et voici donc de quoi vous mettre en appétit de si bon matin. A vos fourneaux maintenant !

Le rituel du thé au Vietnam

Je ne sais pas par quoi commencer pour vous raconter mon voyage au Vietnam, qui se déroule en ce moment même, où je vous écris ce soir de Dong Van, une ville située au Nord du Vietnam à quelques kilomètres seulement de la frontière avec la Chine.

Mais amatrice de thé que je suis, je pense que je vais amorcer ce voyage avec vous en vous racontant le rituel du thé qui existe dans ce pays.

Tout d’abord notre guide nous a montré lors de nos différents déplacements à travers les paysages variés, les plantations de thé. Vous trouvez donc des collines recouvertes de plantations de thé, comme sur les photos ici.
Colline thé
Feuilles thé fraiches

Les feuilles de thé peuvent être mises à infuser fraîches, telles quel, mais le plus souvent elles sont mises à sécher pour ensuite être infusées.

Le fait de servir le thé est vraiment un rituel au Vietnam. Dans chaque restaurant, qu’il soit de rue ou non, vous trouvez une théière et quelques petits verres. Tout cela est « offert » à tous ceux qui viennent dans le restaurant, en guise de bienvenue, et pour patienter en attendant que les plats arrivent.

Culte thé restaurant

Rituel thé restaurant1
Ce thé peut être accompagné, ou non, de la  « pipe », comme notre guide l’a appelé, mais j’appellerai plutôt ça un bang chez nous !
Pipe rituel thé

En arrivant également dans la maison d’un hôte ou d’un ami, on vous propose évidemment de partager cette « tasse » de thé.
Le rituel avant de commencer, étant de préparer le thé : cette préparation est très rapide, l’hôte a toujours un thermos d’eau chaude de prêt et le service à thé prêt sur la table, il suffit juste de mettre à infuser seulement quelques minutes les feuilles séchées de thé. Une fois le thé prêt, l’hôte sert juste un fond de thé dans une première tasse, puis il transfère ce fond dans la tasse suivante et ainsi de suite pour « laver » toutes les tasses ; le fond de thé est enfin jeter. Ensuite seulement l’hôte sert chaque tasse et vous invite à partager le thé avec vous.

Ici sur la première photo, alors que nous passions à pied devant une belle maison avec des épis de maïs séchés sur le sol, nous avons été invités par une vieille dame à « visiter » sa maison (la pièce principale) et donc à partager le thé.
Partage du thé vieille femme

  Et là c’est à notre arrivée chez l’habitant qui nous a hébergé le 2ème soir, sur le lac de Thac Ba (un lac artificiel gigantesque de 20km sur 20km).
M. BOY Lac Thac Ba

Et qu’en est-il de son goût ? Alors là je vais être franche mais ce n’est pas grandiose. Le thé est soit asez léger s’il vient juste d’être infusé et n’a alors pas beaucoup de goût, soit très fort et assez amer si au contraire votre hôte l’avait préparé depuis longtemps. Mais ce qui est important c’est de le partager avec tous ceux qui sont autour, et de partager ce moment de convivialité.

Retour sur la blogosphère après un magnifique voyage de noces

image
Coucou tous les petits loups. Mais non je ne vous avais pas abandonné, mais j’ai pris quelques semaines pour notre voyage de noces. Et oui après notre mariage en août 2013 (par ici pour quelques souvenirs) nous avions préféré différer notre lune de miel pour pouvoir en profiter pleinement. Nous sommes donc partis 18 jours en Polynésie française, où nous avons découverts 5 îles : Tahiti (plus précisément Papeete), Mooréa, Huahine, Bora Bora et enfin Hiva Oa.
image-1

Quel magnifique voyage : découverte d’îles magiques et toutes si différentes les unes des autres, des paysages somptueux, des rencontres de personnes adorables, des plaisirs culinaires évidemment à partager avec vous.
Des fruits exotiques à profusion : fruits de la passion, goyave, papaye, mangue, ananas, banane, pamplemousse, noix de coco (et eau de coco), corossol (un fruit assez marrant visuellement avec des pics comme un hérisson, je ne l’ai goûté qu’en confiture mais c’était très bon). Le mieux étant de se balader en vélo sur les îles pour découvrir ces fruits sur les étales que les locaux proposent sur le bord de la route.
image-7

Découvertes également de quelques légumes comme le huru (fruits de l’arbre à pain), que l’on peut déguster en frites par exemple, ou encore le taro qui est un légume racine dont le goût ressemble assez au fond d’artichaut.

Pour les plats vous avez évidemment la recette la plus répandue là-bas qui est le poisson cru (thon blanc ou rouge le plus souvent) au lait de coco. Nous avons aussi dégusté des poissons cuits avec de délicieuses sauces, notamment à la vanille de Tahaa (cette vanille est la meilleure que je n’ai jamais goûté, elle a un parfum si subtil, je l’ai goûté dans des sauces salées et également en crème brûlée : un délice à chaque fois. J’ai pu en rapporter donc je vous proposerai bien vite une recette avec cette vanille). En nous baladant à vélo sur Mooréa nous avons également découvert le poa grillé (porc) et de la saucisse, avec une sauce caramélisée, proposé le dimanche matin sur les bords de route.
image-9

Dans l’ensemble  la cuisine est beaucoup influencée par des tendances asiatiques, au niveau des saveurs notamment.

Et enfin tout de même la bière locale Hinano.
image-10

Nous avons testé plusieurs restaurants, nous avons dans l’ensemble très bien mangé. Nous avons également découvert les roulottes de Papeete sur la place Vaiete : à partir de 17h-17h30 une dizaine de « roulottes » (camionnettes aménagées en cuisine) débarquent sur la place Vaiete et s’installent pour proposer différents types de cuisine (cela va du poisson en tartare, au lait de coco, grillé , à la viande rouge, au poulet, mais aussi des « roulottes asiatiques », des « roulottes bretonnes » proposant des galettes et crêpes)  aux tahitiens et touristes qui viennent en masse se restaurer ici.

Un dernier petit souvenir : quel plaisir d’aller mettre les pieds dans l’eau au calme dès 6h du matin avec le lever du soleil…
image-6

Dans les rues et les bars à tapas de Barcelone

Pour décompresser et retomber en douceur de notre petit nuage après ce mariage, mais aussi finir en beauté les vacances nous nous sommes octroyés 5 jours à Barcelone mon mari et moi. Et comme à chaque voyage, nous avons découvert la ville dans ses moindres recoins en la parcourant en long en large et en travers, et tout ça le plus souvent à pied.
Comme à mon habitude j’ai voulu trouver des petits bars et restos sympas pour combler nos estomacs gourmands. Voici donc une petite compilation des endroits que je vous recommande.

Pour commencer la matinée en beauté, pourquoi ne pas aller déguster et savourer  le traditionnel chocolat chaud espagnol chez Granja Viader, près du magnifique Mercat de la Boqueria (voire même prendre tout son petit-déjeuner là-bas) – Carrer d’en Xucia 4.IMG_0379
Je vous conseille le « suis », chocolat chaud maison avec de la crème fouettée dessus.IMG_0381

La texture du chocolat chaud espagnol est particulière, épaisse, et la boisson est très chocolatée car le chocolat est fondu ici dans de l’eau et non du lait. Mais quel délice, c’est vraiment à goûter.

Une autre maison pour déguster le traditionnel chocolat épais est La Granja – Carrer dels Banys Nous 4. IMG_0482
Là-bas j’ai testé un chocolat avec des pignons.IMG_0489Nous avons préféré le chocolat de la première maison.

Ensuite rien de tel que d’aller arpenter les allées du Mercat de la Boqueria. Et là soit vous vous attablez au comptoir d’un bar, soit vous achetez votre jambon et votre fromage pour faire des sandwichs…

Si vous passez la journée, ou au moins l’après-midi dans le parc Montjuïc, je vous recommande plus que vivement de prévoir de venir picorer pour le dîner chez Quimet & Quimet – Carrer del Poeta Cabanyes 25. Ce minuscule bar à vins est le paradis des tapas catalanes, tapas élaborées, à base de petits sandwichs, de produits en conserve… Un seul conseil arrivez tôt (dès l’ouverture à 19h) car avant même l’ouverture on fait la queue dehors…IMG_0524
Chez Quimet & Quimet je vous recommande les petits sandwichs, et notamment le montadito de salmon. A goûter également les artichauts et les patatas. Et alors pour les vins vous avez l’embarras du choix, jugez-en par vous-même…IMG_0527
Et pour finir la soirée, rendez-vous à la fontaine magique du Parc Montjuïc pour le spectacle de sons, lumières et eau.IMG_0542

Pour un autre bar sur le même concept mais dans un tout autre quartier qui est celui de El Born, vous trouverez El Xampanyet – Carrer de Montcada, 22. Nous ne l’avons pas testé mais ça ressemblait grandement, donc si vous n’avez pas le courage de pousser jusqu’à Montjuïc, celui-ci fera tout à fait l’affaire.

Pour un autre style de tapas, celui des pintxos ou tapas basques, je vous propose le Centre Cultural Euskal Etxea – Placeta de Montcada 1, toujours dans le quartier de El Born. Le concept est simple, vous avez l’embarras du choix de tapas piquées sur des cure-dents dans des assiettes déposées sur le comptoir, vous vous servez sans comptez, mais vous conservez tous les cure-dents car pour l’addition c’est le nombre de cure-dents qui fait foi. Vous avez plein d’autres bars dans ce style dans le quartier de El Born donc faites votre choix.
Question goût j’ai trouvé les tapas catalanes plus fines et de meilleur qualité que les pintxos, mais le concept est sympa.

Barcelone n’est pas forcément réputée pour ses glaces, mais si comme moi vous êtes gourmand et avez envie d’une petite douceur, je vous recommande la Gelateria de El Born Minyo – Passage del Born, 6.

Soit pour finir la soirée, soit pour la commencer avec un apéro happy hour et des cocktails à tomber (et là je ne plaisante pas ils sont à couper le souffle, c’est un délice), je décerne la palme au bar La Fianna – Carrer Mancena, 4 (http://www.lafianna.com/index.html).
Le bar ne propose malheureusement pas de terrasse et est très sombre, et jusqu’à 21h il n’y a pas une mouche, mais passé cette heure-ci le bar se remplit et les cocktails s’enchaînent. En plus c’est happy hour de 17h à 22h donc vous avez le temps de tous les goûter (un cocktail acheté un cocktail offert) !!
Pour ma part j’ai testé le Na Fianna, à base de Baileys, lait, crème, kahlua (liqueur de café), frangelico (liqueur de noisette), un délice qui se boit comme du ptit lait, on le déguste comme une glace. Deuxième test sur le Bloody Mary qui est sublimement réussi (attention âme sensible s’abstenir car il est chargé en tabasco). Et pour le dernier test, le White Russian (vodka, kahlua, lait et crème), délicieux également.

Cette liste de bonnes adresses n’est évidemment pas exhaustive, mais si vous voulez être sûrs de ne pas vous faire avoir, avec ces adresses ce sera des valeurs sures !

Road trip through the US West Coast

Je profite de mes vacances pour continuer ma rubrique d’escapades gourmandes. Après mon premier article sur Rome et ses délicieux mets, je vous propose ici sur un petit retour en arrière sur un voyage, organisé par mon fiancé, en novembre 2011 : 14 jours de road trip à travers la Côte Ouest des États-Unis ! Un super voyage que je vous invite tous à faire si vous en avez l’occasion.

 Nous avons commencé par 3 jours à San Francisco, puis direction Los Angeles par la route de la mer. Ensuite direction les grands parcs nationaux : Grand Canyon, Lake Powell dans Glen Canyon, Monument Valley, Arches, Bryce Canyon ; et enfin Las Vegas, avec un tour dans la Death Valley. Bref un beau voyage, avec pas mal de route évidemment, mais aussi des découvertes culinaires (plus ou moins réussies mais bon il faut tester).

Le soir même de notre arrivée à San Francisco, histoire de se mettre directement dans le bain de la culture des States, vous vous doutez bien que nous avons cherché à se faire un bon burger digne de ce nom. Et nous l’avons trouvé au Lori’s Diner, dans le quartier de Downtown au 149 Powell Street.
Le cadre est sympa, type année 50 avec une Cadillac suspendue au plafond, des vieux postes radio à chaque table (que vous pouvez activer en insérant 50 cents), des juke-boxes, des banquettes en guise de chaises ; cela m’a un peu fait penser au restaurant de burgers dans lequel se rendent John Travolta et Uma Turman dans Pulp Fiction, en moins classe et moins poussé, mais sympa tout de même.

Et donc pour bien commencer notre séjour nous voilà partis pour déguster chacun notre Lori’s Signature Burger : a Juicy 1/3 Pound burger topped with bacon, balsamic caramelized onions & Swiss Cheese served ; l’un avec des French fries, l’autre avec des sweet potato fries. Ils servent beaucoup ces frites là-bas mais nous avons largement préféré les French fries, car les autres, comme leur nom l’indique, sont sucrées mais on ne sait pas trop comment, ni ce qu’il y a dedans, elles sont oranges (peut-être est-ce un peu de carotte ou de la patate douce mais j’ai bien peur que ce ne soit plus chimique !).

Pour notre deuxième jour à San Francisco, nous pensions faire plus light pour le midi avec une salade chacun, dégustée au soleil sur Union Square (après avoir parcouru une partie du Golden Gate Park et découvert la plage du bout). Mais en déjeunant, j’ai découvert que juste en face (exactement au 251 Geary Street) se trouvait un grand bâtiment avec une boutique The Cheesecake Factory perchée tout en haut !!! Et là tout de suite le repas a été moins light ! Mais pour les amateurs de cheesecakes c’était une vraie tuerie (un peu trop lourd même, vu la taille des parts qu’ils servent, du coup nous n’avons pas eu besoin de dîner car nous n’avions pas faim).

Donc pour en revenir à ces fameux cheesecakes, tout d’abord ils sont magnifiques et gargantuesques !!! Ensuite il y a tellement de parfums différents que le choix a été très dur, mais nous avons (enfin j’ai, c’est moi qui ait eu beaucoup de mal à me décider) fini par nous décider et nous sommes repartis avec une part de Chocolate Mousse Cheesecake (Silky Chocolate Cheesecake Topped with a Layer of Belgian Chocolate Mousse) pour mon chéri,


et une part de Adam’s Peanut Butter Cup Fudge Ripple Cheesecake (Creamy Cheesecake Swirled with Caramel, Peanut Butter, Butterfingers® and Reese’s Peanut Butter Cups®) pour moi. Humm, un délice.

Nous aurions également pu déjeuner sur place car ils proposent une très large carte, bien appétissante au passage, et l’endroit était très agréable, au 8ème étage du centre commercial, avec deux grandes salles et une terrasse. Sinon, si vous avez prévu de vous rendre aux US, pensez à vous rendre sur leur site pour voir s’ils ont une adresse pas loin, car ils sont vraiment partout à travers les States (je les ai re-découvert ensuite à Los Angeles sur la Marina, mais je n’ai pas craquée).

Le troisième jour était un dimanche, nous en avons donc profité pour nous faire un bon brunch au Bambino’s Ristorante, dans le quartier de Haight au 945 Cole Street.

Il s’agissait d’un restaurant italien, mais le brunch n’avait rien d’italien et était délicieux, et tout le reste de la carte pour les lunch et diner donnait envie. Pour ce brunch, nous avons dégusté un délicieux burger appelé « EABAT » (Fried Egg, Avocado, Applewood Smoked Bacon, Arugula, Tomato and Aioli on Toasted Wheat)
et une omelette aux lardons avec des potatoes fraiches et des toasts.

Et pour assouvir nos soifs avec ces assiettes gigantesques, nous avons bu un Caffé Donatello (Coldespresso, Toranialmond, chocolatesyrup, milk • over ice) et un Cioccolata Caffé Frappé (Coldespresso, chocolatesyrup, milk, whippedcream • over ice).

Pour notre dernier jour sur San Francisco, nous avions récupéré notre voiture de location pour partir ensuite sur notre road trip. Nous en avons profité pour traverser le Bay Bridge et se balader sur le campus de l’université de Berkeley. Ensuite nous avons traversé le Golden Gate bridge pour nous rendre à Sausalito (le Saint Tropez de San Francisco, quoi que pour moi cela ressemblait davantage au Cap Ferret).
Là-bas nous nous sommes installés au soleil sur la terrasse d’un petit restaurant pour déguster une salade de la mer
et des fetuchinis aux épinards avec des morceaux d’escalopes de poisson.

Le lendemain direction Los Angeles, donc une journée de voiture, mais en passant par la route de la mer (la 1) et du coup en découvrant de magnifiques paysages. Et pour couper un peu de ces 9 heures de route, nous avons pique-niqué sur la plage de Carmel By-the-Sea.

Et donc le lendemain, visite de certains quartiers de Los Angeles, avec Hollywood Boulevard, Beverly Hills, Bel Air, puis déjeuner dans le quartier de Westwood (où il y a l’université UCLA) chez Native Food au 1110 Gayley Avenue. Le concept du restaurant/café, monté par la chef Tanya Petrovna m’a tout de suite plu, il se veut végétarien, mais en fait vous avez aussi de la viande, et ils mettent en avant le fait qu’ils respectent la nature et que tout est frais, fait maison et sur place.

Pour cette première expérience chez Native Foods, nous avons testé les native fries, la Ensalada Azteca Salad (Fresh avocado, cucumber and jicama salsa atop quinoa, romaine and Chef Tanya’s award winning mango lime vinaigrette. Topped with currants, toasted pumpkin seeds and cilantro)
et le Sesame Kale Macro Bowl (Chef Tanya’s Tempeh atop steamed kale, brown rice, creamy ginger sesame sauce, tangy sauerkraut, gomasio and toasted sesame seeds. Green onion garnish and crunchy cucumber seaweed salad on the side).

Et en boisson nous avons goûté le Watermelon Fresca (Fresh watermelon and a touch of mint. Sweetened with organic agave) et le Native Iced Tea (Organic hibiscus and wild berry tea. Sweetened with organic agave).
Tout était délicieux et original. Par ailleurs l’ensemble du personnel sur place était très sympathique. Quel dommage que ce nom n’ai pas encore franchi l’océan Atlantique pour venir sur Paris.

Et pour notre dernier jour à Los Angeles, nous nous sommes rendu sur Venice Beach où nous avons goûté les fameuses saucisses de Jody Maroni’s, vendues à travers les Etats-Unis et cuisinées aux petits oignons et aux poivrons.
Nous avons chacun pris un sandwich, mais avec des variétés de  saucisse différentes : la bratwurst (traditional Pork Sausage) et la Chicken Pomegranate (Smoked sausage with fresh basil) et cela avec des regular fries pour mon chéri (leur frites sont délicieuses, à tester !).

Et bien pour un fast food le résultat était très bon et assez inattendu (d’avoir des saucisses comme bases des sandwichs).

Et voila, mon récit de nos expériences culinaires touche à sa fin.
Je n’ai pas grand chose à vous proposer sur Las Vegas, où nous avons testé deux buffets (celui du Rìo et celui de Circus Circus) ; le concept des buffets étant que vous payez l’entrée (entre 15 et 30 dollars maxi en fonction du repas et des casinos) et ensuite vous consommez à volonté tous les mets proposés. Mais j’ai été assez déçue par la qualité des produits et plats proposés (et bien oui étant donné que c’est à volonté ils ne peuvent pas proposer de la grande cuisine).

En tous les cas ce voyage était magnifique et je vous le recommande !

À très vite pour de nouvelles escapades gourmandes à travers le monde !

Officialisation de fiançailles à Rome et délices italiens !!!

Cela fait un petit moment que je réfléchis à créer une page voyage et traditions ou cultures culinaires, pour vous faire découvrir tout ce que j’ai pu goûter lors de mon parcours. Et bien la voici !!! Pour le bonheur des yeux et des papilles !

Mon fiancé m’a emmenée fin mars en voyage surprise à Rome : quelle magnifique surprise !!!
Et deuxième encore plus grande surprise, il m’a fait sa demande en mariage, devant la basilique Saint Pierre !

Pour ce qui est de Rome, c’est que de bonheur pour les papilles et les estomacs !

Voici donc un article sur tous les bons petits restos, glaciers, bars à vin que nous avons pu tester sur ces 4 jours.

Pour un dîner (ou déjeuner) de très très bonne qualité (tout en restant très abordable) (je crois pour moi le meilleur resto « trattoria » que nous ayons testé), avec des pâtes fraîches à la cuisson al’dente parfaite, ainsi que des plats et légumes typiques excellents, je vous conseille  » Ristocampo «  dans le quartier de Trastevere (Via della Lungaretta, 75). J’y ai dégusté des spaghettis aux moules et une sauce aux tomates et herbes fraîches, et mon fiancé a mangé de l’agneau avec une sauce à la romaine ; nous avons également goûté les délicieux artichauts marinés dans l’huile d’olive (carciofi alla romana). Le restaurant propose seulement deux ou trois tables en terrasse mais l’intérieur est également très sympathique.
(Je suis désolée, je n’ai pas de photo pour celui-ci, car c’était notre premier soir du coup nous n’avions pas vraiment prévu).

Pour un dîner plus léger dans une ambiance conviviale et décontractée, je vous conseille un bar à vin des plus typiques : l’Enotecca  » Il Goccetto «  (Vino e Olio) au sud-ouest du Centre historique (Via dei Banchi Vecchi, 14).


Ce bar à vin est vraiment très sympa, assez petit (moins de 10 petites tables, mais vous pouvez également squatter le trottoir en restant debout), mais du coup très complet, avec des milliers bouteilles de bons vins et champagnes entassées sur tous les murs ! Vous y dégusterez des vins au verre (entre 4 et 10 euros le verre en fonction du cru choisi), accompagnés d’assiettes de fromage et/ou charcuterie de qualité ou encore des quelques crostinis proposés (boules de mozzarella avec tomates séchées ou anchois délicieuses !).

Un autre concept de bar à vin, moins typique par contre, se trouve dans Trastevere, à l’  » Enoteca Trastevere «  (Via della Lungaretta, 86). Avec mon fiancé nous nous y sommes rendus, mais pour un vrai dîner, car ils font aussi restaurant, et en terrasse. Mon fiancé a choisi la « saltimboca » typique de Rome (escalope de veau), tandis que j’ai opté  pour une escalope de poulet au citron. Nous n’avons pas pu résister aux desserts maison proposés : le tiramisu et le cake au chocolat avec ses pommes caramélisées étaient délicieux. Le tout arrosé de Prosecco (vin blanc pétillant italien qui concurrence de plus en plus le Champagne, et que j’aime beaucoup !).

Pour déguster l’une des meilleures pizzas de Rome, rendez-vous chez  » Dar Poeta «  (Vicolo del Bologna, 45/46). La pâte à pizza est ni trop épaisse ni trop fine, parfaite je dirai, et les garnitures sont à tomber (pas de grandes originalités mais des produits de très haute qualité).
Par contre je tiens à vous prévenir que vous ne serez pas les seuls à vouloir les goûter !!! Donc mettez-vous dans le queue, annoncez au gérant votre prénom et le nombre de personnes puis attendez qu’il vous fasse signe lorsqu’une table se libérera.
Pour notre part, nous sommes passés devant le resto une première fois vers 21h et comme il y a avait beaucoup de monde nous avons décidé d’attendre un peu en allant siroter un cocktail en happy hour dans un bar à proximité. Puis nous sommes revenus vers 22h, là nous avons attendu seulement 2 minutes : par chance une table en terrasse s’était libérée.
Pour ce qui est du menu, tout est écrit en italien, et contrairement à la plupart des autres restos, aucune autre traduction n’apparaît. Certains mots sont assez transparents mais pour d’autres c’est plus compliqué, n’hésitez pas à demander au gérant qui parle un tout petit peu le français. Par exemple les « paccino » sont des tomates cerises.
Sur la carte une quinzaine de pizza sont proposées. Vous pouvez également commander des crostinis, tartines et autres douceurs pour patienter (mais gardez de la place car les pizzas sont copieuses).
Mon fiancé a choisi la pizza « Fiorsalmone » au saumon, mozzarella, fleur de courgette et persil. J’ai opté pour ma part pour la pizza « Bufala » à la tomate, tomates cerises, basilic et de la mozzarella de Buffle crue somptueuse parsemée sur la pizza. Je n’ai qu’un mot pour décrire cette pizza : SUBLIME ! C’est également la préférée du gérant !
Le tout accompagné de vin rouge en pichet (très acceptable).
Nous n’avions plus faim pour un dessert, mais je me serai bien laissé tenter par le calzone à la ricotta et au Nutella !!!

Enfin pour notre dernier soir, nous avons atterri sur la terrasse du bar-restaurant  » Baccanale «  (Via dei Baullari 25/27) dans le quartier de Campo de Fiori. Nous avons testé leur formule buffet proposée le soir : il s’agit d’une boisson (verre de vin, cocktails…) et d’un buffet-apéro à volonté pour 10 euros par personne. Nous étions un peu sceptiques au départ (vu le prix du concept), mais le buffet semblant correct et alléchant nous nous sommes laissés tenter. Et nous n’avons pas été déçus ! Les produits proposés sur le buffet étaient bons et variés : olives, tartines de tapenade, légumes grillés marinés à l’huile d’olive (courgettes, poivrons, aubergines), fromages (pecorino, parmesan, ricotta), salades composées, pain… Attention simplement à l’heure car le buffet est débarrassé vers 22h.

Pour le midi voici quel a été notre programme.

Si vous êtes dans le coin du Vatican, attention aux restos « attrape touristes » ! Surtout si comme nous, vous êtes montés à pied tout en haut de la basilique St Pierre, puis que vous avez visité le musée du Vatican et la Chapelle Sixtine et que du coup vous êtes affamés et vous pourriez vous jeter sur le premier boui-boui venu.
Sur les conseils de notre petit guide nous sommes allés remplir nos estomacs à la Pizzeria  » Amalfi «  (Via dei Gracchi, 12). Les pizzas, à pâte épaisse ici – à la napolitaine -, y sont tout à fait correctes (évidemment moins bonnes que chez « Dar Poeta » mais elles se laissent très bien manger, surtout après être monté tout en haut de la basilique !). Et à deux vous pouvez opter pour une grande pizza avec deux garnitures, comme nous l’avons fait : un côté à la roquette, parmesan, et jambon cru, l’autre côté nappé de sauce tomate, mozzarella fondue et champignons.

Ce que j’aime quand je visite une ville c’est me mélanger aux « locaux » et partager leurs coutumes, habitudes… et surtout les habitudes alimentaires. C’est ce que j’ai pu faire en allant déjeuner à la tavola calda  » Volpetti Più «  (Via A Volta, 8) dans le quartier de Testaccio. Le seul « hic » de cette trattoria c’est le lieu, elle est en effet un peu excentrée, au sud du Colisée, mais sincèrement elle en vaut la peine (et sur le chemin du retour vous pourrez vous arrêter déguster une glace chez « Il Gelato » (Viale Aventino 59)).

Dans cette tavola calda vous trouverez un vaste choix de pizzas (à pâte épaisse) à la part, de beignets, de salades, légumes, plats préparés… à déguster sur place ou à emporter. Nous avons testé des parts de pizzas, divers beignets « supplì » (à la patate, au riz et fromage…), les artichauts à la romaine et ceux grillés et les épinards cuisinés. Tout était très bon, et le tout pour un prix plus que raisonnable.
 En sortant, pensez à jeter un œil dans la célèbre épicerie du même nom au coin de la rue : elle est magnifique et propose des produits alléchants !

Toujours dans le but de s’immerger dans la culture des romains, je vous invite à déjeuner à la « cantine » typique du quartier de Trastevere, chez  » Da Augusto «  (Piazza de Renzi, 15). Ne vous attendez pas à de la grande cuisine, mais à la cuisine traditionnelle de Mama italienne, et à l’ambiance typique du déjeuner des ouvriers italiens du coin. Le restaurant n’est tenu que par des femmes, avec la plus âgée aux fourneaux.
 Je vous conseille de goûter impérativement aux pâtes fraîches proposées en primi plati : les rigattonnis al’Amattriciana, plat typique de Rome (grosses pâtes en tube avec une sauce à la tomate fraîche, du lard maigre et du parmesan râpé), ou encore les raviolis fourrés à la ricotta et basilic, servis également avec une sauce à la tomate fraîche et parmesan râpé (nous n’avons malheureusement pas pu goûter aux fameux gnocchis, qui ne sont préparés que le jeudi, et oui sachez qu’à Rome le jour des gnocchis est le jeudi, et le jour de la morue est le vendredi). Ces plats de pâtes n’étant pas très copieux (mais délicieux) vous aurez peut-être une petite faim pour les secondi platis proposés (poulet, osso bucco, veau…), sinon vous pouvez faire comme certains italiens et prendre une assiette de légumes (en entrée ou après les pâtes).
 Pour l’addition, demandez « el comto », votre serveuse vous griffonnera alors sur la nappe en papier ce que vous lui devez.

Je vous ai beaucoup parlé de mets salés et des plats typiques de Rome mais je ne vous ai pas encore fait partager les douceurs que sont les «  gelatti  » de Rome ! Et oui bien sûr les glaces !!!
Tout d’abord un conseil : ne vous jetez pas sur la première gelateria que vous trouverez, car il y en a à tous les coins de rue mais beaucoup ne valent pas la peine. Pour vous faire une première idée du glacier observez la couleur de la glace à la pistache : vert ocre = bon / vert vif = mauvais. Ensuite on vous demandera normalement si vous souhaitez de la panna (crème) sur votre glace. Un conseil : dites si (si elle est bonne vous ne le regretterez pas !).
 Pour notre part nous avons testé deux très bon glaciers, avec une préférence pour la  » Gelateria Giolitti «  (Via degli Uffici del Vicario, 40) derrière la place du Parlement. En effet il s’agit d’une gelateria historique qui a commencé comme crèmerie (du coup la panna est un pur délice). Pour les parfums vous avez un large choix : je me suis plus laissée tenter par les parfums chocolatés ou encore la nocciola (noisette) ou la noce (noix), avec un grand penchant pour le parfum ciocola fundente, une tuerie !!! Mon fiancé a testé stracciatella, tiramisu, citron.
Le deuxième très bon glacier que nous avons testé est celui dont je vous ai parlé, pas très loin de la tavola calda « Volpetti Più ». Il s’agit de « Il Gelato » (Viale Aventino 59) dans le quartier de Aventine. Celui-ci propose des parfums assez originaux, certains avec du sésame, du chocolat à 70 ou 100 % de cacao… Certaines glaces sont également faites à partir de lait de soja.

Voilà pour mes conseils. N’hésitez pas à me faire part de vos commentaire si vous avez l’occasion de tester certaines de ces adresses ! Et surtout bon appétit !